11/09/2006

Le magot gallo-romain de Solre

 

C'est une invitation à ne pas snober. D'abord parce qu'el­le est exceptionnelle : l'inventai­re du site terminé, le champ de fouilles de Solre-sur-Sambre (Erquelinnes) sera remblayé. Ensui­te parce qu'à la faveur de ces Journées du Patrimoine; elle permettra au public de visiter une découverte archéologique de grand intérêt: les substructures d'une grande villa gallo-romaine (65 x 19 mètres) avec sa pars urbana - un corps de logis de 24 pièces -, son étable et son cel­lier, dont la cave aux moellons de pierre méticuleusement appareillés aura d'ailleurs été l'une des bonnes surprises d'une longue  campagne de fouilles.

 

L'ensemble a été mis au jour à partir de novembre 2005, à la fa­veur d'une fouille de sauvetage - le site venait d'être repéré lors des travaux d'extension de la zo­ne industrielle de Solre-sur-Sambre - dont la durée ne devait pas excéder les quatre semaines. Au bout du compte, l'intérêt de la dé­couverte aura monopolisé les ar­chéologues durant près d'un an.

La présence d'une villa mani­festement prospère dans cette ré­gion qui fut d'emblée très roma­nisée n'est pas surprenante : Bavay n'est guère qu'à une journée de marche et l'archéologie a révé­lé, dans un voisinage encore plus immédiat, la présence de grands sites gallo-romains comme le sanctuaire (partiellement fouil­lé) de Fontaine-Valmont ou la né­cropole de Solre-le-Château (F). Une première estimation, qui doit encore être confirmée par des coupes, date l'occupation de la villa de Solre-sur-Sambre dans une fourchette comprise en­tre la fin du Ier siècle - les archéo­logues n'ont à ce jour trouvé au­cun élément attestant une occu­pation plus précoce - et le troisiè­me quart du IIIème siècle. '

 

Un trésor enfoui à la hâte ?

Fructueuse, la fouille a livré bien des raretés aux archéolo­gues. Dont des enduits peints de motifs géométriques rouges et blancs mis au jour sur les murs de la grande cave du domaine: « Une découverte peu fréquente en Gaule du Nord », commente Nicolas Authom, archéologue du Centre de recherche archéologi­que (Crea) de l'ULB mandaté par la Région wallonne pour me­ner les fouilles à Solre-sur-Sambre

Plus exceptionnel encore ce « trésor » que les archéologues ont découvert enfoui au pied d'une muraille plus tardive de la pars urbana. « Ce trésor, expli­que Nicolas Anthom, était caché dans un grand chaudron proba­blement enterré à la hâte lors de raids germaniques vers 270. Il contenait un amas de 122 pièces de monnaies en argent - des antoniniens - et quatre en bronze, ras­semblées dans un coffret en bois décoré de plaques de laiton. Il était accompagné d'une plaque de bronze étamé et de vaisselle précieuse: deux cuillères en argent, une cuillère en alliage de cuivre, une fiole en verre et un deuxième chaudron plus petit en laiton. »

 


L’ensemble de ces trou­vailles sera temporairement ex­posé, deux week-ends durant, au musée des Amis de Solre (1).

La fouille se poursuit. Les ar­chéologues vont tenter désor­mais de retrouver, sous les différents niveaux d'occupation, le plan primitif du domaine.  

 

STÉPHANE DETAILLE                         « Le Soir du 08 09 2006 »

 

(1) Accessible les 9, 10, 16 et 17 septem­bre, de 9 à 12 h et de 14 à 18 h, rue de la Halle, à Solre-sur-Sambre. Des visites gui­dées du chantier de fouille seront orga­nisées aux mêmes dates, de 10 à 13h et de 13h30 à 18h.

15:23 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Quel sujet exceptionnelle, j'ai découvert ce que on cherchais, tout en vous remerciant bon weekend.

Écrit par : paris sportifs en ligne bonus | 12/05/2014

Les commentaires sont fermés.