29/11/2006

Fermeture bureaux de poste

Fermeture programmée de 277 nouveaux bureaux de poste : ECOLO interpellera le gouvernement

23.11.2006

Résumé :
Les projecteurs médiatiques sont actuellement braqués sur la fermeture de l’usine VW à Forest, qui suscite l’inquiétude générale dans le monde politique et social. Dans le même temps, c’est une autre catastrophe qui se prépare à La Poste, avec, cette fois, la complicité évidente du gouvernement violet.

S’appuyant sur un nouveau contrat de gestion ouvrant largement la porte à de nouvelles coupes sombres, les dirigeants de cette « entreprise publique » ont décidé de frapper fort : tant en terme d’emploi (nouvelles suppressions en vue, après les 4.290 contrats de travail non-renouvelés entre 2003 et 2005) que de service au citoyen (fermeture de 277 bureaux de poste au cours de l’année 2007), la régression sociale annoncée est spectaculaire, au seul profit des nouveaux investisseurs privés de la Poste. C’est, aux yeux d’ECOLO, inacceptable !

Pour justifier sa décision de fermer de nouveaux bureaux de poste, l’administrateur-délégué de la Poste utilise l’argument de la rentabilité et d’une économie de 10 millions d’euros qui serait réalisée. Mais la vocation d’un service public est-elle d’être rentable à tout prix ou bien, grâce à l’apport de moyens publics, de rendre des services aux citoyens que d’autres n’offrent pas ? En fermant des bureaux de poste dans les régions les plus reculées, les moins peuplées ou les moins favorisées, en supprimant, depuis 2003, 2.500 boîtes à lettres (dont 985 en Hainaut et Namur), la Poste abandonne clairement sa vocation de service public universel, tout en portant un nouveau coup au lien social.

Quoi qu’en disent certains députés de la majorité, comme Olivier Chastel qui feint de s’étonner de ces options dans la presse de ce jour, la responsabilité du gouvernement violet est engagée : il a approuvé à l’automne dernier les termes du quatrième gestion de la Poste sur lesquels s’appuie le nouveau Conseil d’Administration, désigné par lui au mois de janvier et présidé par la socialiste Martine DUREZ, pour proposer une nouvelle vague de fermeture de bureaux de poste, après celle connue en 1998. En ce sens, son attitude n’est pas très différente de celle de la direction de VW qui a décidé de la fermeture de l’usine de Forest.

ECOLO ne peut que relever que ce sont les intérêts privés (en l’occurrence, ceux des nouveaux actionnaires de la Poste, auxquels un dividende minimum annuel de… 10 millions d’euros est assuré) qui priment sur le service offert à tous !

Cet après-midi à La Chambre, vers 16h00 Jean-Marc NOLLET, député fédéral et chef de groupe, interpellera Bruno TUYBENS, le secrétaire d’Etat aux entreprises publiques, sur ce dossier.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des réponses apportées par celui-ci.

13:48 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.