29/11/2006

VW Forest

VW Forest : un carnage social qui écœure

21.11.2006

Résumé :
C’est avec un sentiment de révolte qu’Ecolo a appris la dramatique décision annoncée par le groupe Volkswagen aux travailleurs de l’usine VW de Forest.

Quel argument économique peut-il justifier d’interdire à une des usines les plus productives du groupe de poursuivre son travail ? Quelle explication donner aux 3500 ouvriers de cette usine qui, du jour au lendemain, vont perdre leur emploi, alors qu’ils avaient déjà accepté tous les sacrifices pour le maintenir ? Et que dire de la déconfiture que cette décision entraînera pour un nombre au moins aussi important de sous-traitants et fournisseurs de l’usine bruxelloise ?

Il n’y a pas de mots assez durs pour condamner le licenciement massif ainsi programmé depuis le siège allemand de VW. S’il fait mine de ne pas fermer l’usine, le groupe sacrifie dès aujourd’hui des milliers de familles auxquelles nul ne pourra expliquer les raisons du drame économique, social et humain qui les frappe. Quant à ceux qui resteront en place, rien ni personne ne pourra leur ôter de l’esprit que le risque de fermeture totale à moyen terme est inéluctable.

Volkswagen devrait avoir honte de procéder à pareil carnage, aussi écœurant qu’injuste, exclusivement guidé par une stratégie de « repli sur soi » économique !

Aujourd’hui, il est du devoir des différents Gouvernements de ce pays de se concerter pour prendre ensemble et rapidement toutes les mesures nécessaires à l’accompagnement économique, social et humain que méritent les travailleurs directs et indirects de cette usine. Ils doivent pouvoir compter sur l’union de toutes les forces démocratiques du pays pour y parvenir. C’est autant le droit des travailleurs que notre devoir de les aider à se réinsérer professionnellement.

Mais on ne fera pas, demain, l’économie d’un débat de fond sur l’efficacité du soutien inconditionnel que le Gouvernement fédéral a apporté sans relâche aux diktats de l’industrie automobile, manifestement à fonds perdus.

Enfin, Ecolo exige du Premier ministre qu’il inscrive ce massacre social, dont les conséquences s’étendent à l’Espagne et au Portugal, à l’ordre du jour du Conseil européen des 14 et 15 décembre à Bruxelles, afin d’envisager comment conclure, au niveau européen, des conventions collectives de travail empêchant des groupes européens sans scrupules de s’adonner impunément à un chantage à l’emploi permanent débouchant sur un dumping social intra-européen.

Jean-Michel Javaux & Isabelle Durant , Secrétaires fédéraux
Evelyne Huytebroeck, Ministre bruxelloise de l’Environnement
Pierre Jonckheer , Député européen
Jean-Marc Nollet, Chef de groupe fédéral
Zoé Genot & Marie Nagy, Députées fédérales
Yaron Pesztat, Chef de groupe bruxellois
Bernard Wesphael, Chef de groupe wallon

 

 

Tous à la manif de samedi !

Ecolo appelle ses membres et sympathisants à se joindre à la manifestation " SOLIDAIRES POUR L'EMPLOI ", organisée par les syndicats.
Samedi 2 décembre, Bruxelles.
Départ Gare du Midi à 10h30

13:50 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.