29/11/2006

VW Forest

VW Forest : un carnage social qui écœure

21.11.2006

Résumé :
C’est avec un sentiment de révolte qu’Ecolo a appris la dramatique décision annoncée par le groupe Volkswagen aux travailleurs de l’usine VW de Forest.

Quel argument économique peut-il justifier d’interdire à une des usines les plus productives du groupe de poursuivre son travail ? Quelle explication donner aux 3500 ouvriers de cette usine qui, du jour au lendemain, vont perdre leur emploi, alors qu’ils avaient déjà accepté tous les sacrifices pour le maintenir ? Et que dire de la déconfiture que cette décision entraînera pour un nombre au moins aussi important de sous-traitants et fournisseurs de l’usine bruxelloise ?

Il n’y a pas de mots assez durs pour condamner le licenciement massif ainsi programmé depuis le siège allemand de VW. S’il fait mine de ne pas fermer l’usine, le groupe sacrifie dès aujourd’hui des milliers de familles auxquelles nul ne pourra expliquer les raisons du drame économique, social et humain qui les frappe. Quant à ceux qui resteront en place, rien ni personne ne pourra leur ôter de l’esprit que le risque de fermeture totale à moyen terme est inéluctable.

Volkswagen devrait avoir honte de procéder à pareil carnage, aussi écœurant qu’injuste, exclusivement guidé par une stratégie de « repli sur soi » économique !

Aujourd’hui, il est du devoir des différents Gouvernements de ce pays de se concerter pour prendre ensemble et rapidement toutes les mesures nécessaires à l’accompagnement économique, social et humain que méritent les travailleurs directs et indirects de cette usine. Ils doivent pouvoir compter sur l’union de toutes les forces démocratiques du pays pour y parvenir. C’est autant le droit des travailleurs que notre devoir de les aider à se réinsérer professionnellement.

Mais on ne fera pas, demain, l’économie d’un débat de fond sur l’efficacité du soutien inconditionnel que le Gouvernement fédéral a apporté sans relâche aux diktats de l’industrie automobile, manifestement à fonds perdus.

Enfin, Ecolo exige du Premier ministre qu’il inscrive ce massacre social, dont les conséquences s’étendent à l’Espagne et au Portugal, à l’ordre du jour du Conseil européen des 14 et 15 décembre à Bruxelles, afin d’envisager comment conclure, au niveau européen, des conventions collectives de travail empêchant des groupes européens sans scrupules de s’adonner impunément à un chantage à l’emploi permanent débouchant sur un dumping social intra-européen.

Jean-Michel Javaux & Isabelle Durant , Secrétaires fédéraux
Evelyne Huytebroeck, Ministre bruxelloise de l’Environnement
Pierre Jonckheer , Député européen
Jean-Marc Nollet, Chef de groupe fédéral
Zoé Genot & Marie Nagy, Députées fédérales
Yaron Pesztat, Chef de groupe bruxellois
Bernard Wesphael, Chef de groupe wallon

 

 

Tous à la manif de samedi !

Ecolo appelle ses membres et sympathisants à se joindre à la manifestation " SOLIDAIRES POUR L'EMPLOI ", organisée par les syndicats.
Samedi 2 décembre, Bruxelles.
Départ Gare du Midi à 10h30

13:50 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Fermeture bureaux de poste

Fermeture programmée de 277 nouveaux bureaux de poste : ECOLO interpellera le gouvernement

23.11.2006

Résumé :
Les projecteurs médiatiques sont actuellement braqués sur la fermeture de l’usine VW à Forest, qui suscite l’inquiétude générale dans le monde politique et social. Dans le même temps, c’est une autre catastrophe qui se prépare à La Poste, avec, cette fois, la complicité évidente du gouvernement violet.

S’appuyant sur un nouveau contrat de gestion ouvrant largement la porte à de nouvelles coupes sombres, les dirigeants de cette « entreprise publique » ont décidé de frapper fort : tant en terme d’emploi (nouvelles suppressions en vue, après les 4.290 contrats de travail non-renouvelés entre 2003 et 2005) que de service au citoyen (fermeture de 277 bureaux de poste au cours de l’année 2007), la régression sociale annoncée est spectaculaire, au seul profit des nouveaux investisseurs privés de la Poste. C’est, aux yeux d’ECOLO, inacceptable !

Pour justifier sa décision de fermer de nouveaux bureaux de poste, l’administrateur-délégué de la Poste utilise l’argument de la rentabilité et d’une économie de 10 millions d’euros qui serait réalisée. Mais la vocation d’un service public est-elle d’être rentable à tout prix ou bien, grâce à l’apport de moyens publics, de rendre des services aux citoyens que d’autres n’offrent pas ? En fermant des bureaux de poste dans les régions les plus reculées, les moins peuplées ou les moins favorisées, en supprimant, depuis 2003, 2.500 boîtes à lettres (dont 985 en Hainaut et Namur), la Poste abandonne clairement sa vocation de service public universel, tout en portant un nouveau coup au lien social.

Quoi qu’en disent certains députés de la majorité, comme Olivier Chastel qui feint de s’étonner de ces options dans la presse de ce jour, la responsabilité du gouvernement violet est engagée : il a approuvé à l’automne dernier les termes du quatrième gestion de la Poste sur lesquels s’appuie le nouveau Conseil d’Administration, désigné par lui au mois de janvier et présidé par la socialiste Martine DUREZ, pour proposer une nouvelle vague de fermeture de bureaux de poste, après celle connue en 1998. En ce sens, son attitude n’est pas très différente de celle de la direction de VW qui a décidé de la fermeture de l’usine de Forest.

ECOLO ne peut que relever que ce sont les intérêts privés (en l’occurrence, ceux des nouveaux actionnaires de la Poste, auxquels un dividende minimum annuel de… 10 millions d’euros est assuré) qui priment sur le service offert à tous !

Cet après-midi à La Chambre, vers 16h00 Jean-Marc NOLLET, député fédéral et chef de groupe, interpellera Bruno TUYBENS, le secrétaire d’Etat aux entreprises publiques, sur ce dossier.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des réponses apportées par celui-ci.

13:48 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Reultats elections communales Erquelinnes

MERCI MERCI MERCI

Nous tenons à vous remercier chaleureusement pour la confiance que vous nous avez témoignée ce huit octobre. Même si les résultats ne sont pas à la hauteur de nos espérances, nous vous sommes particulièremnet reconnaissants. Nous devons accepter votre choix en bons démocratres que nous sommes.
Durant cette campagne, nous avons été particulièrement attentifs à ne pas attaquer les autres candidats dans leur vie privée et professionnelle et nous sommes ainsi particulièrement fiers d'avoir mis en exergue ce souci de l'éthique, valeur importante prônée par l'équipe ELAN.


Même sans élu au conseil communal, la locale ECOLO d'Erquelinnes continuera à être présente sur le terrain et à suivre les dossiers qui vous tiennent à coeur.

 

Merci encore et n'hésitez pas à rejoindre notre locale


 

Ariane Van Landeghem, secrétaire de la locale ECOLO d'Erquelinnes

13:40 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |