16/05/2007

L'engagement de Carine Russo pour la justice sociale et l'écologie

 

Le combat pour la justice sociale avec en plus la défense de l'environnement sont les deux éléments avancés par Carine Russo pour justifier son engagement chez Ecolo. Elle précise d'ailleurs qu'elle ne pouvait envisager un engagement en politique que chez Ecolo.

Combat social
Celle qui s'est fait connaître parce qu'elle est la maman de Mélissa, une des victimes de Marc Dutroux, a expliqué ce mardi lors d'une conférence de presse les raisons pour lesquelles elle avait accepté de figurer à la 14e et avant-dernière place de la liste d'Ecolo pour le Sénat lors des élections du 10 juin. "Ecolo a un slogan: 'Une terre plus verte pour un monde plus juste'. Moi, je voudrais l'inverser car la justice sociale est pour moi un préalable. L'écologie ne peut se penser sans justice sociale sinon on aurait une écologie à deux vitesses", a-t-elle souligné. Et d'insister : "Mon combat est d'abord un combat social et puis vient évidemment l'écologie qui est très importante pour l'avenir".

Avenir écologique
Mme Russo a reconnu avoir eu une certaine rancoeur à l'égard du monde politique. "Mais, Gino (son mari) et moi n'avons jamais été contre les politiques. Au contraire, nous avons toujours essayé de les pousser à agir et à réagir dans le bon sens", a-t-elle expliqué. Elle a aussi dit ne pas vouloir faire de la Justice un de ses sujets privilégiés de préoccupation. "Cela me ramènerait trop vite et trop fort à une période très douloureuse de ma vie", a-t-elle indiqué. Mme Russo a aussi dit qu'elle n'avait actuellement pas d'activité professionnelle. "Nous avons passé les deux dernières années à reconstruire notre vie familliale, mon mari, mon fils et moi-même après les 10 années de folie que nous avons connus", a-t-elle expliqué, soulignant qu'elle était certes la maman de Mélissa mais aussi celle de Grégory, un garçon qui a aujourd'hui 22 ans.

Réticence
Sur l'aspect médiatique de sa candidature, elle a reconnu que c'était la dernière réticence qu'elle avait dû vaincre avant d'accepter l'offre d'Ecolo. Mais cela ne la dérange finalement pas trop s'il s'agit d'être "utiliser pour être utile", a-t-elle ajouté. Les secrétaires fédéraux d'Ecolo, Jean-Michel Javaux et Isabelle Durant, et le sénateur Josy Dubié, qui entouraient Carine Russo, ont souligné l'importance de l'engagement de celle-ci. "Elle apporte sa sincérité. C'est de l'oxygène en politique. Elle dit qu'Ecolo est un parti qui lui ressemble. Nous allons essayé de lui ressembler et sortir un peu de notre potopoto", a dit M. Javaux. Les dirigeants d'Ecolo assument l'aspect médiatique de la candidature "car ces élections sont très importantes pour l'avenir de la planète", a encore dit Jean-Michel Javaux ajoutant que les plus démunis étaient les premières victimes des dérèglements climatiques.

Il a aussi souligné que le Conseil fédéral d'Ecolo, sorte de parlement des verts francophones, avait accepté à l'unanimité la venue de Mme Russo qui est une candidate d'ouverture. Celle-ci se trouve sur la liste à une place de combat et refuse actuellement de parler de son avenir politique. "Je vis au jour le jour. Ma décision d'accepter de figurer sur la liste date de deux jours", a-t-elle indiqué. (belga)

08:48 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.