17/06/2007

385.466 électeurs pour une Terre + verte et un Monde + juste

58_affiche_merci_200

 

ECOLO est le vainqueur des élections fédérales de ce 10 juin 2007. 12,8 % des électeurs en Région wallonne à la Chambre (15,24 % au Sénat) et 13,89 % des électeurs en Région de Bruxelles-Capitale (15,65 % au Sénat) ont apporté leur soutien à notre projet et à nos propositions pour une Terre + verte et pour un monde + juste. ECOLO réalise de la sorte un redressement tout à fait spectaculaire, augmentant son électorat de l'ordre de 70 % à la Chambre et de l'ordre de 80 % au Sénat.
Fort de ce soutien, ECOLO retrouve une véritable place au sein des assemblées fédérales, en doublant son nombre de députés, de 4 à 8, et en voyant sa représentation au Sénat passer de 2 à 5 sénateurs.
Dans le même temps, ECOLO se réjouit également de la belle performance de Groen! qui reviendra au Parlement fédéral dont il avait disparu suite aux élections de 2003.

Nous tenons à remercier chaleureusement toutes les personnes qui nous ont accordé leur confiance. Nous tenons également à saluer avec sincérité tous les mililants, membres et sympathisants qui ont porté, chacun à leur manière, le projet d'ECOLO et qui ont rendu possible ce résultat magnifique.

Nous mettrons tout en oeuvre pour répondre à cette confiance et à cet engagement.

Jean-Michel Javaux et Isabelle Durant,
secrétaires fédéraux et porte-parole d'ECOLO.

16:31 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Elections : pour que la grenouille ne s’endorme pas !

S’il y a bien une image qui a été retenue du film d’Al Gore, « Une vérité qui dérange », c’est celle de la grenouille qui ne quitte son bocal que lorsqu’on y verse de l’eau bouillante. Si on la tiédit progressivement, elle ne bouge pas et finit par être anesthésiée. Au lendemain des élections législatives belges, cette image peut encore nous inspirer. Dans la Belgique politique de l’après 10 juin, l’enjeu écologique et en particulier l’enjeu climatique semblent noyés quelque part entre la déroute des socialistes, la scission de BHV et la perspective d’une majorité orange-bleue...

Pourtant, il y a urgence ! Nous devons très vite débattre et agir collectivement pour lancer les mesures qui vont faire entrer l’économie belge dans l’ère de la sobriété énergétique et nous libérer des dictatures technologiques héritées du passé... S’imaginer que cela pourra se faire sans un changement fondamental de cap en matière fiscale, économique et sociale est une vue de l’esprit. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer l’écologisation du discours de certains lobbies comme la FEBIAC qui serait sur le point de parvenir à nous faire croire qu’il est possible de réduire de 75 pc nos émissions de Gaz à Effet de Serre tout en vendant de plus en plus de voitures (rappel : il y en a déjà 5 millions en Belgique), même moins polluantes...

On doit bien sûr se réjouir que la protection de l’environnement devienne une préoccupation de la société industrielle et des partis traditionnels, de gauche comme de droite. Mais on ne pourra vraiment s’en réjouir que lorsque notre société aura réduit radicalement son empreinte écologique globale et qu’elle aura cessé de presser les ouvriers, les employés et les cadres comme des citrons... avant de les jeter. La croissance de la Belgique a été de 3% en 2006 et elle sera de 2,5% en 2007. Très bien, se réjouit la Banque Nationale. Pourtant la violette (en ce compris le MR, même si c’est dans une moindre mesure) a été sanctionnée. Pourquoi ? On fera ici l’hypothèse que c’est parce que de plus en plus de citoyens jugent insupportable que cette croissance se fasse au prix d’une insécurisation sociale de plus en plus grande (et du maintien d’un taux de chômage à deux chiffres en Wallonie et à Bruxelles) et sans répondre du tout à l’attente d’un développement réconcilié avec la planète.

Comprendre que les urgences écologiques et sociales sont liées et mettre rapidement en œuvre des solutions originales pour y répondre, restent plus que jamais les tâches prioritaires de tous ceux qui ont envie que la grenouille ne s’endorme pas.

 

Benoit Lechat, ETOPIA

16:25 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/06/2007

MERCI

merci canton Merbes

 

N'hésitez pas à nous contacter pour continuer le combat Ecologiste avec notre équipe  ecolo.erquelinnes@skynet.be   ou 0497/136308

 

Ariane Van Landeghem

Secrétaire de la locale ECOLO d'Erquelinnes

Coordinatrice ECOLO du Canton de Merbes

 

21:24 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/06/2007

"ECOLO est un parti candidat au devoir, pas au pouvoir"

jm et isa

 

Isabelle DURANT

Chers amis,

Voilà une déclaration d’amour qui fait chaud au cœur ! (n.d.l.r. : elle fait allusion au soutien de Maurane)
Des mots qui viennent du cœur et des tripes.
L’engagement passionné d’une femme passionnante !

Que Maurane, sache combien nous sommes touchés par son soutien !

Mes amis, comme elle, nous voulons nous battre pour que les choses changent dans ce pays !

Pour enfin mettre le cap sur une Terre plus Verte et un Monde plus Juste.

Une Terre plus Verte, car nous savons mieux que quiconque combien l’avenir de la Planète et de l’environnement dans ce Pays dépend avant tout de la force de notre famille politique.

Pour que de l’hypocrisie des gentilles déclarations sous le feu des caméras, on passe au courage de l’action dans les enceintes du pouvoir.

Nos priorités sont connues et la charte que nous venons de signer avec nos cousins du Nord du Pays montre combien notre ambition est commune.

L’Union nationale pour le Climat a commencé aujourd’hui, et doit se concrétiser MAINTENANT !

Certes, elle ne se fera pas du jour au lendemain en claquant des doigts. Cela se fera pas à pas. Démocratiquement, mais résolument. En ne se laissant pas dévier du chemin par les intérêts particuliers, partisans ou individuels.

Mais en dialoguant avec chacun, et notamment avec les plus réticents pour que chacun comprenne que ne pas agir sera plus coûteux et dangereux que d’agir maintenant !

Parce que les irresponsables, en 2007, sont ceux qui font croire que vivre comme aujourd’hui pourrait encore durer longtemps.

Nous voulons organiser pour la Belgique une transition écologique.

Une transition, car pour Ecolo, urgence ne rime pas avec précipitation.

Nous avons trop entendu, ces derniers mois, des surenchères médiatiques, de la part des partis traditionnels, sur celui qui dira le plus fort qu’il est d’accord avec Ecolo ou sur celui qui annoncera le chiffre le plus élevé de diminution de gaz à effet de serre.

La transition écologique doit être un programme global, structuré, impliquant tous les acteurs et planifié dans le temps. Le projet que nous avons élaboré s’étale sur 12 ans, au minimum trois législatures.

Il s’agit de faire en sorte que nous passions progressivement d’une économie du carbone fossile et du nucléaire, à une économie intelligente, conviviale et sociale.

Une économie Intelligente : la révolution écologique sera une révolution où il sera fait appel à la recherche scientifique et aux techniques les plus développées. Nous aurons besoin de ressources de nos chercheurs, en particulier ceux qui au quotidien travaillent à l’innovation.

Nous aurons également besoin du savoir-faire de tous les travailleurs, artisans ou entrepreneurs qui sont déjà impliqués dans la mise en œuvre de la transition écologique, dans les secteurs de l’économie verte.

Nous aurons encore besoin de l’expérience de tous ceux qui, parfois depuis des années, sensibilisent à la prise en compte de cette nécessité, dans les écoles ou au sein des associations.

Une économie conviviale : la révolution écologique sera décentralisée, à l’échelle des groupes locaux, en tablant sur le dynamisme des communautés locales et des PME. Décentralisée également dans le mode de production d’énergie.

Les énergies renouvelables non seulement elles ne polluent pas, mais qui plus est elles peuvent se développer en dehors de la tutelle des groupes énergétiques multinationaux qui maintiennent à des prix artificiellement élevés le prix de notre énergie au quotidien. Une meilleure régulation du prix de l’énergie passe par la décentralisation et la valorisation du travail des PME et des collectivités locales !

Une économie sociale, enfin, car la révolution écologique permettra de développer les centaines de milliers d’emplois dont la Belgique a urgemment besoin. La révolution écologique tiendra compte des capacités de chacun dans la réalisation des objectifs.

Elle se fera avec les partenaires sociaux dans l’esprit de la concertation sociale qui est tellement importante dans notre pays et sur laquelle nous avons bâti tellement de progrès.

Elle se fera en débattant démocratiquement avec les parlements et les associations qui siègent au Conseil Fédéral du Développement Durable

Elle se fera dans le cadre d’une réforme fiscale rendant les choix écologiques accessibles à tout le monde, en commençant par les personnes à bas revenus et en se montrant équitable entre les citoyens. . Nous voulons avec Groen ! être ambitieux et réalistes en prenant aujourd’hui dix engagements pour sauver le climat à partir de notre petite Belgique.

Cette charte que nous venons de signer, elle traverse les frontières régionales et linguistiques belges pour aller au-delà.

C’est la contribution dont nous voulons pour notre pays, pour qu’il assume sa responsabilité Planétaire à l’égard des générations futures.

Nous voulons dire à Groen ! et à tous les citoyens Flamands qu’il y a en Wallonie et à Bruxelles, une autre Wallonie et une autre région de Bruxelles que celles que nous donnent à voir l’actualité.

Il y a de plus en plus de citoyens qui sont pour le vrai progrès et la vraie solidarité. Qui ne se cramponnent pas au clientélisme ou à l’individualisme comme seul horizon politique.

Qui veulent faire leur part du chemin, chez eux ou dans leur entreprise, mais qui en attendent autant de la part des pouvoirs publics. Ils attendent les règles, les signaux, les indications.

Déterminer ces règles, donner les signaux et les indications, mettre en œuvre, avec eux, la modernisation écologique, c’est faire avancer la modernisation démocratique, économique et sociale de nos régions. Evelyne en sait quelque chose dans les projets qu’elle a entrepris.

Nous devons être forts pour que les choses avancent. Réellement. Rapidement.

Pour que toute la classe politique soit sans cesse au même niveau de conscience que lorsqu’elle vient de voir le film d’Al Gore… (sauf pour ceux qui font le trajet en hélicoptère !)

La Charte que nous vous proposons aujourd’hui c’est la base d’un programme d’actions complet, qui nécessitera énormément de détermination, d’intelligence et de courage. Pour mettre ce programme en œuvre, nous sommes prêts à prendre nos responsabilités.

Comme nous l’avons dit, nous sommes candidats au devoir, nous sommes candidats à faire bouger les choses pour initier cette transition écologique. Avec Groen !, nous sommes prêts à aller dans le gouvernement pour faire avancer ce projet. Dans un gouvernement qui aurait pour priorité une vraie réforme écologique de l’Etat et de la société. Pas une réforme institutionnelle dans laquelle la Belgique perdrait encore tellement d’énergie.

Nous savons que ce sera difficile, que la violette a vidé les caisses.

MM. Reynders et Verhofstadt ont multiplié les cadeaux fiscaux aux multinationales et aux nantis, et ils aimeraient bien pouvoir boucher les trous qu’ils ont creusés avec de nouvelles taxes faussement appelées écologiques.

Mais en quatre ans, la violette n’a rien fait pour l’environnement. Comme l’a récemment dit Jean-Marc, ce Gouvernement n’était pas contre-nature, il était d’abord et avant tout contre la Nature !

Il faudra donc prendre des mesures courageuses, rapidement. Pour assurer l’avenir de la solidarité et pour mettre tout de suite la Belgique sur la bonne voie de l’écologie. Nous n’avons pas d’autre choix que de le faire démocratiquement. Car si tel n’est pas le cas, ce sera la Nature qui se chargera de nous l’imposer.

Et croyez-moi, il n’est pas encore né celui qui négociera avec le Gulf Stream ou l’anticyclone des Açores !

Agissons donc démocratiquement avec de nouvelles formes de participation. Pour mettre tout de suite la Belgique sur la bonne voie de l’écologie et pour assurer aussi et en même temps l’avenir de la solidarité. L’avenir des solidarités que nous avons discutées avec Anne Demelenne, Christian Dhanis, Arnaud Zacharie et d’autres le mois dernier à Mons.

Une solidarité qui fera qu’on trouvera les écologistes pour défendre autant le présent et l’avenir des jeunes, que celui des parents et grands parents, les 3 et souvent 4 générations d’ici.

Une solidarité qui nous amènera à soutenir, ici, le droit à des critères clairs pour une régularisation des sans papiers, le respect des droits de l’homme, la suppression des centres fermés.

Une solidarité qui nous fera contribuer inlassablement à la recherche des voies de la paix au Moyen Orient, au Darfour, au Congo et ailleurs.

Un plan national climat, une approche de développement durable, n’auraient aucun sens s’il n’incluait pas ces solidarités, renforcées, renouvelées, élargies.


Jean-Michel JAVAUX

Chers amis,

Isa vient de vous le rappeler, Ecolo se bat depuis plus de 25 ans pour une Terre plus Verte, et un Monde plus Juste. Pas 25 jours, 25 ans.

Nous savons toutes et tous qu’il est indispensable d’agir maintenant pour nous permettre à tous de garder les deux pieds sur Terre. La tète dans les étoiles et les pieds sur terre, car nos utopies d’il y a 30 ans sont devenues les nécessités d’aujourd’hui et de demain. Et nous voulons réussir cette transition écologique avec les citoyens.

Certains essaient de distiller dans la population des mensonges éhontés ou des chimères pour essayer de conserver des suffrages dits « utiles », comme si nous étions en France ou en Grande Bretagne dans un scrutin majoritaire, ou comme si on devait élire un président de la République...

Ainsi par exemple, nous serions prêts à nous jeter dans les bras des libéraux. Mais à qui profite le crime de cette rumeur ? Et qui peut y croire sincèrement ?

Tout Ecologiste que je sois, j’ai envie de tordre le cou à 2 canards boiteux en même temps.

Commençons donc par le canard bleu.

Au-delà des divergences profondes entre 2 programmes différents, le leur centré sur la défense de l’individualisme et des grands groupes financiers, le nôtre, centré sur la solidarité au cube et une économie de projets, durable ; qui peut croire sincèrement que nous allons privilégier un partenaire qui, dans le cadre d’une démarche associative visant à confronter les partis politiques aux revendications des 40.000 signataires du pacte écologique ne prend même pas la peine de répondre aux 36 questions, traite ces associations indépendantes, d’obscurantistes et nous explique sans cesse qu’il est d’accord sur les objectifs à atteindre mais pas sur les moyens ?

Comme si nous allions réussir ce fabuleux défi climatique en faisant un petit peu plus de la même chose ? Le MR devrait se rendre compte que l’environnement est un enjeu qui se gère transversalement, avec des outils comme la justice, l’enseignement ou les finances. Dans une démarche de développement durable.

Mes amis, la Planète Bleue du MR c’est comme son libéralisme social : ce sont de grandes impostures débouchant toutes deux sur des impasses majeures !

Mais il n’y a pas que le canard bleu qui boîte ! Il y a aussi un canard rouge ! Le PS, qui, après avoir découvert l’écologie à 44 jours des élections, essaie de nous donner des leçons de justice sociale !

Pouvez vous m’expliquer où est la Justice sociale, quand dans un gouvernement socialiste-libéral on décide d’adopter un Pacte CONTRE les générations en privant les victimes de restructurations de la possibilité de partir à la prépension ?

Où est la Justice sociale quand on prive les demandeurs d’emplois du droit au minimum pour vivre alors qu’on n’a pas d’emploi à leur offrir ? Quand on oppose jeunes travailleurs et travailleurs plus âgés ? Et que plutôt que d’accompagner les chômeurs, on décide de les pourchasser, quel que soit le contexte économique de la région ?

Investir dans la formation tout au long de la vie, relever les minimas sociaux et relever les salaires les plus bas en permettant durant 5 ans de conserver les avantages octroyés lorsque l’on bénéficie d’allocations de remplacement. Voilà comment nous lutterons contre les pièges à l’emploi et créerons de l’emploi. C’est comme cela que nous marquerons la différence entre le salaire et une allocation pour ne pas appauvrir les plus fragilisés.

Et nous voulons une vraie liaison de ces allocations et pensions au bien être !

Nous, on ne raconte pas d’histoires aux pensionnés. On ne leur dit pas qu’avec 300 millions d’euros on augmentera leurs pensions de 12%. Ce n’est pas vrai ! Car quand on gratte un peu, on découvre que l’inflation est aussi comprise dans ces 12%. En fait, avec les 300 millions que le PS propose, on les augmenterait d’à peine 1,1% par an, ce qui est bien moins que la croissance économique.

Et ça, ce n’est pas le progrès pour tous, mais le décrochage pour tous !

Mes amis,

Où se trouve la Justice sociale, quand vous voyez que dans les 135.000 emplois créés sous cette législature, il n’y a que des emplois précaires ou à temps très partiels qui frappent une nouvelle fois l’emploi féminin et l’emploi des moins qualifiés de plein fouet ? Pourtant, il y en a eu des milliards de réduction de charges. 6 très exactement mais avec très très peu de résultat sur le taux d’emploi.

Ecolo est persuadé que nous pourrons beaucoup mieux utiliser l’argent public et créer de l’emploi relocalisé chez nous en ciblant ces réductions de charges, en investissant 1 milliard € dans la Recherche & Développement, 4 milliards € dans l’efficacité énergétique et 6 milliards € en tout dans notre Union Nationale pour le Climat, qui convainc de plus en plus d’observateurs attentifs !

Et où est la Justice tout court quand des milliers de sans-papiers présents sur notre territoire se retrouvent enfermés dans des centres fermés avec femme est enfants ? Qu’ont-ils donc fait de mal pour qu’on les traite encore pire que des prisonniers dans les quartiers de Haute sécurité ? Avec les écologistes, le gouvernement avait régularisé les sans-papiers. Sans les écologistes, socialistes et libéraux ont préféré régulariser l’argent sale.

Ecolo ne veut plus un seul enfant enfermé dans ces centres ! C’est une honte sans nom. Et si l’électeur nous en donne la possibilité, ces centres fermés porteront bien leur nom : parce qu’on les fermera !

Alors, excusez-moi mais les leçons de progressisme de la part de gens pratiquant en permanence le grand écart entre les paroles et les actes, à d’autres !

Des exemples d’acrobaties de ce genre, je pourrais vous en citer à la pelle. Mais il ne faut surtout pas en parler : c’est une vérité qui les dérange !

Moi, ce qui me dérange et à vrai dire me révolte, c’est de recevoir des leçons de partis traditionnels qui ont une grande part de responsabilité dans l’impasse économique et écologique actuelle, et de voir la Wallonie sombrer dans le chaos de la malgouvernance de façon répétée. L’heure de la rupture a sonné pour tous les démocrates qui souhaitent construire des lendemains plus sains, sans se réveiller avec la gueule de bois de l’extrême droite.

Que les Présidents prennent enfin leurs responsabilités, que les maux du clientélisme, des cumuls/conflits d’intérêt, des baronnies et des sous-régionalisme soient combattus à la racine : par des décrets appliqués et non pas virtuels.

Que les Carolos puissent de nouveau être fiers de leur ville le plus rapidement possible.

Dès lors, prends aussi tes responsabilités, ma très chère Joëlle, toi qui disais vouloir faire de la politique autrement, toi qui nous parlais de tornade éthique, jusqu’ici nous n’avons vu qu’un tout petit ventilateur en panne. Tu agis pour l’instant comme ce bon vieux PSC, scotché contre vents et marées au parti dominant avec la Rue de la Loi comme seul horizon.

C’est une des différences majeures entre toi et nous : le PSC/CDH est un parti qui a soif de pouvoir. Ecolo est avant tout un parti obsédé par le devoir !

Chers amis,

7 jours nous séparent du grand jour.

Ecolo arrive les mains libres aux élections. Très confiant en son programme, ancré dans ses valeurs, et très fier de la qualité de nos candidats, qui séduisent dans tous les débats.

Et à tous ceux que la politique n’intéresse plus,
A tous les Belges qui hésitent,
A tous les parents qui veulent donner un avenir à leurs enfants,
Comme aux grands-parents à qui personne n’a parlé dans cette campagne, mais qui sont soucieux de l’avenir de leurs petits enfants et arrière petits enfants,

Je veux leur dire du fond du cœur qu’il y a une urgence planétaire que tous les scientifiques au Monde s’accordent à reconnaître. Une urgence face à laquelle nous n’avons d’autre choix que l’action concrète et efficace. Dès aujourd’hui, pas demain.

Cette urgence, cette évidence, c’est que nous devons sauver l’avenir de la Planète et de ses habitants ! Vaste mission que nous devrons accomplir sans Superman et Superwoman, mais en y associant tous les citoyens du Monde.

Donner à nos enfants comme à nous-mêmes la chance de grandir dans un Monde qui se respecte et qui respecte ses habitants. C’est cela que propose Ecolo depuis 26 ans. C’est cela que les Verts mettront en œuvre dès le lendemain des élections.

Avec les citoyens de maintenant car dans quelques années, ce sera infiniment plus cher et douloureux.

Aujourd’hui, je ne veux pas vous promettre du sang et des larmes mais de nouvelles opportunités et du plaisir à les réaliser dans la convivialité.

Nos propositions ont été validées par des associations et des experts. Avec un bulletin de 80%, nous obtenons la grande distinction ! Elles sont de loin les plus crédibles, les plus réalistes et surtout les plus efficaces.

Mais pour passer du papier à la réalité, il y a une condition : nous avons besoin de votre vote pour faire la différence !

Pour donner à ce pays des perspectives d’avenir, pour donner à ses ouvriers et ses salariés des emplois de qualité qui durent malgré la concurrence, pour donner à ses indépendants et ses entrepreneurs un cadre d’initiative avec les conditions pour réussir leur projet, et faire vivre leurs familles, pour offrir à ses jeunes autre chose qu’un avenir bouché ou une société de l’indifférence, pour rendre à ses pensionnés le droit d’enfin vieillir dignement, avec des pensions revalorisées à hauteur de la croissance économique et pour qu’enfin ceux qui vivent dans la misère, les souffrances et l’indifférence d’une société du tout au fric, soient enfin pris en main et puissent se relever plutôt que de les abandonner dans l’exclusion.

Pour mettre tout cela en œuvre nous avons besoin de plus que de votre sympathie. Nous avons besoin de votre soutien, et donc de votre vote !

Le 10 juin, votez pour la seule liste qui travaille pour l’avenir depuis 26 ans. Pour le seul parti qui dit vrai en toutes circonstances, même quand c’est difficile. Pour des femmes et des hommes intègres et visionnaires, qui veulent vous émanciper sans vous dominer.

Le 10 juin, votez utile et nécessaire, votez pour une Terre plus verte et un Monde plus Juste ! Votez Ecolo !

Ce Pays a besoin de vous, et il a besoin de nous, Maintenant !

Bonne fête de l’environnement à toutes et à tous !

09:12 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/06/2007

lettre à mon terroir (Erquelinnes, Estinnes, Merbes Le Chateau)

Madame, Monsieur

 

Comme vous le savez tous, les élections fédérales se dérouleront ce 10 juin 2007 prochain.

 

Je serai candidate pour votre terroir, mon terroir et je défendrai  au mieux notre région, et ce  par mon investissement au niveau du parti ECOLO qui me semble le seul parti proposant des idées à longs termes et durables dans les domaines de l’environnement du social et de l’économique.

ECOLO propose 10 priorités émanant des 500 propositions de son programme (programme complet disponible sur demande, coordonnées ci-dessous) :

 

Environnement

·          Mettre en œuvre une Union nationale pour le climat

·          Mobiliser 4 milliards pour rendre le parc immobilier belge énergétiquement plus efficace au profit de tous

·          Investir pour augmenter l’offre et le confort des transports en commun

·          Rendre les choix écologiques moins chers

Économie et solidarité

·          Doper la création d’emplois durables

·          Augmenter les prestations sociales, en particulier les allocations familiales et les pensions en commençant par les plus basses

·          Soutenir les personnes et les familles en cas d’accidents de la vie

Démocratie et vivre ensemble

·          Adopter et appliquer un Plan Marshall de la transparence et des pratiques politiques

·          Définir enfin une politique migratoire fondée sur des critères clairs, objectifs et transparents et promouvoir une meilleure gouvernance démocratique mondiale

·          Bien vivre ensemble, dans le respect et la sécurité

 

Comme le dit notre ancien président, Jacky Morael, le développement durable est un tabouret à 3 pieds (environnement, social, économique), si un pied est plus petit ou inexistant, le tabouret « se casse le gueule », il faut donc travailler dans les 3 domaines à la fois pour l’avenir.

 

L’avenir….Quoi de plus normal que de penser à l’avenir de nos enfants !

En tant que maman et enseignante, je me suis demandée comment arriver à faire bouger les choses. Et pourquoi ne pas m’investir en politique ! Ne pas attendre mais agir...Depuis 8 ans, je participe activement chez ECOLO.

Les adultes de demain ont droit à une sécurité sociale ren­forcée, un environnement sain et à un enseignement accessible à tous. Ne pas perdre ce que les générations passées ont obtenus en droits sociaux et en liberté. Laissons un avenir à nos enfants.

 

En votant le 10 juin 2007. Il est temps de défendre ces valeurs.

 

Ariane Beeckman - Van Landeghem

Secrétaire locale ECOLO d’Erquelinnes

9ème suppléante à la chambre

GSM : 0497/136308

E-mail : Ariane.vanlandeghem@skynet.be

http://ecoloerquelinnes.skynetblogs.be/

19:01 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |