18/10/2007

Journée du refus de la misère

Il est urgent d’enrayer la précarité des belges !

> Publié le mardi 16 octobre 2007
> Par Jean-Michel Javaux, Secrétaire fédéral, Georges Gilkinet, Député fédéral, Isabelle Durant, Sénatrice et Secrétaire fédérale, Paul Galand, Député régional bruxellois
> Thèmes : ,

Demain, mercredi 17 octobre, à l’occasion de la Journée Mondiale du Refus de la Misère, de nombreuses associations (ATD ¼ Monde, Rassemblement Wallon de Lutte contre la Pauvreté) organiseront de nombreuses actions de sensibilisation avec le soutien actif d’Ecolo. Une journée plus que jamais indispensable, tant les situations de précarité extrêmes et inacceptables dans notre pays tendent à se multiplier !

Pour Ecolo, il est urgent que les négociateurs de l’orange bleue se penchent sur cette problématique et intègrent les propositions déposées par les écologistes afin de garantir des droits aussi fondamentaux que :

- le droit à un revenu décent : les revenus dont on dispose conditionnent largement les possibilités de participer à la vie collective et déterminent la qualité et le niveau de dignité qu’on peut s’assurer. Pour y arriver progressivement, il est crucial de lier les allocations sociales au bien-être et relever les minima sociaux ; combattre les pièges à l’emploi ; individualiser les droits des personnes par palier et par âge ; augmenter la part du fédéral dans le cadre du revenu d’intégration sociale, …

- le droit à un logement : pour y arriver, il faut réguler le marché locatif privé en construisant une base légale objective pour la fixation des loyers, aider ponctuellement les locataires via une allocation loyer, créer un fonds de garantie locative fédérale, augmenter l’efficacité énergétique du logement (par le mécanisme du tiers investisseur, des prêts sans intérêts, une corbeille fiscale « développement durable ») …

- le droit à la santé : toutes les études montrent que, dès l’enfance, l’état de santé et de bien-être est encore beaucoup trop lié aux conditions socio-économiques de vie. Pour y arriver progressivement il faut garantir l’accessibilité financière des patients, mettre en œuvre une assurance-autonomie intégrée dans la sécurité sociale fédérale et organiser les solidarités nécessaires, diversifier le financement de la Sécu et renforcer le système d’assurance actuel au niveau fédéral.

Bien plus que le PIB, le niveau de pauvreté de la population est un indice de l’évolution d’une société. Ecolo estime dès lors que les partenaires de l’orange bleue doivent dès à présent mener une lutte frontale contre la pauvreté !

07:57 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.