25/10/2007

Développement durable : un maxi-ministre pour cacher de mini-engagements

> Publié le jeudi 25 octobre 2007

> Par Muriel Gerkens, Députée fédérale, Thérèse Snoy, Députée fédérale, Philippe Henry, Député fédéral, José Daras, sénateur
> Thèmes :

Ecolo a pris connaissance de l’accord intervenu en matière de développement durable entre négociateurs de l’Orange-Bleue. En première analyse, il apparaît que l’éventuel futur maxi ministre aura bien du mal à peser sur les politiques, étant donné qu’il ne disposera d’aucun budget ni d’aucun pouvoir de contrôle ou d’intervention sur les autres départements.

L’absence d’objectifs chiffrés et budgétés constitue en effet une faiblesse majeure de l’accord. En outre, ce ministre sera bien surveillé par les lobbys que l’Orange Bleue a manifestement décidé de ménager, comme en atteste la faiblesse des mesures proposées pour véritablement réguler le secteur de l’énergie, réorienter les modes de production et pour diminuer notre exposition aux pollutions. D’une manière générale, le texte énumère beaucoup de bonnes intentions mais guère d’engagements clairs.

Mini engagements et maxi mises au frigo

Au niveau climatique, la Belgique ne se fixe toujours aucun objectif national ferme ni pour ses réductions de gaz à effet de serre, ni pour le développement des énergies renouvelables, ni pour l’efficacité énergétique. L’ensemble des engagements est relégué au niveau européen et dans une task force chargée… d’étudier l’avenir !

Le maintien de la capacité nucléaire, au nom d’inquiétudes infondées sur l’approvisionnement énergétique, aura des conséquences négatives sur l’ensemble des investissements en cours en matière d’énergie renouvelable. C’est toute la dynamique initiée sous l’arc-en-ciel qui est mise en péril. Le nombre de projets qui seront « encouragés » ou « étudiés » plutôt qu’être engagés ou réalisés ne se compte plus dans les propositions.

Le « test de développement durable » (initié par la Violette…) ne correspond en rien à une véritable inspection du développement durable telle que proposée par Ecolo.

La plupart des mesures ne comportent aucun calendrier précis, comme par exemple pour les engagements sur les audits des bâtiments publics, alors que tous les outils existent déjà !

En matière de mobilité, l’objectif de diminuer de 10% l’utilisation de la voiture pour le trajet domicile / travail a été abandonné en cours de négociation.

Des pans entiers de la politique fédérale sont absents de cet accord. Ainsi l’Orange Bleue ne se fixe pas de politique en matière d’OGM, dont les autorisations sont en augmentation sur le territoire européen ; la politique de la mer du nord et les potentiels gigantesques en matière de développement de l’électricité éolienne que cette espace représente sont absents ; le plan d’investissements 2008-2011 de la SNCB et les nuisances sonores aériennes sont passées sous silence et des enjeux de santé publique aussi importants que les particules fines, les ondes électromagnétiques ou l’amiante ne sont nullement évoqués.

En matière de sécurité routière, le texte parle d’une réduction substantielle du nombre de victimes de la route, mais évite de fixer un objectif chiffré. Le dossier du temps de travail des chauffeurs routiers est absent. Rien non plus sur la politique des produits chimiques ni la protection de la santé des consommateurs.

Enfin, si la stratégie nationale pour la diversité biologique est évoquée à demi-mot, l’absence de référence au plan national Santé-Environnement, au plan national de réduction des risques liés aux pesticides, au plan fédéral de mobilité durable, au plan « produits » et à d’autres stratégies existantes laisse planer un énorme doute sur le sort qui sera réservé à ces outils existants.

L’orange bleue semble limiter la politique environnementale à la lutte, par ailleurs très mal engagée, contre les changements climatiques. L’absence de vision et de stratégie ainsi que la faible volonté de réguler les secteurs ayant un impact important sur l’environnement finissent de caractériser un accord beaucoup trop peu ambitieux.

19:08 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Isabelle Durant et Jean-Michel Javaux réélus à la tête d’Ecolo

Les membres d'Ecolo ont réélu Isabelle Durant et Jean-Michel Javaux lors de leur assemblée générale de ce dimanche 21 octobre à Gembloux. Leur excellent score témoigne de la confiance que la base accorde à ce tandem de "co-présidents".

 

Discours politique
Ouvrir ce document - Ouvrir dans une autre fenêtre

19:07 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/10/2007

Journée du refus de la misère

Il est urgent d’enrayer la précarité des belges !

> Publié le mardi 16 octobre 2007
> Par Jean-Michel Javaux, Secrétaire fédéral, Georges Gilkinet, Député fédéral, Isabelle Durant, Sénatrice et Secrétaire fédérale, Paul Galand, Député régional bruxellois
> Thèmes : ,

Demain, mercredi 17 octobre, à l’occasion de la Journée Mondiale du Refus de la Misère, de nombreuses associations (ATD ¼ Monde, Rassemblement Wallon de Lutte contre la Pauvreté) organiseront de nombreuses actions de sensibilisation avec le soutien actif d’Ecolo. Une journée plus que jamais indispensable, tant les situations de précarité extrêmes et inacceptables dans notre pays tendent à se multiplier !

Pour Ecolo, il est urgent que les négociateurs de l’orange bleue se penchent sur cette problématique et intègrent les propositions déposées par les écologistes afin de garantir des droits aussi fondamentaux que :

- le droit à un revenu décent : les revenus dont on dispose conditionnent largement les possibilités de participer à la vie collective et déterminent la qualité et le niveau de dignité qu’on peut s’assurer. Pour y arriver progressivement, il est crucial de lier les allocations sociales au bien-être et relever les minima sociaux ; combattre les pièges à l’emploi ; individualiser les droits des personnes par palier et par âge ; augmenter la part du fédéral dans le cadre du revenu d’intégration sociale, …

- le droit à un logement : pour y arriver, il faut réguler le marché locatif privé en construisant une base légale objective pour la fixation des loyers, aider ponctuellement les locataires via une allocation loyer, créer un fonds de garantie locative fédérale, augmenter l’efficacité énergétique du logement (par le mécanisme du tiers investisseur, des prêts sans intérêts, une corbeille fiscale « développement durable ») …

- le droit à la santé : toutes les études montrent que, dès l’enfance, l’état de santé et de bien-être est encore beaucoup trop lié aux conditions socio-économiques de vie. Pour y arriver progressivement il faut garantir l’accessibilité financière des patients, mettre en œuvre une assurance-autonomie intégrée dans la sécurité sociale fédérale et organiser les solidarités nécessaires, diversifier le financement de la Sécu et renforcer le système d’assurance actuel au niveau fédéral.

Bien plus que le PIB, le niveau de pauvreté de la population est un indice de l’évolution d’une société. Ecolo estime dès lors que les partenaires de l’orange bleue doivent dès à présent mener une lutte frontale contre la pauvreté !

07:57 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Politique internationale : accord rapide sur un contenu médiocre

> Publié le lundi 15 octobre 2007
> Par Isabelle Durant, Sénatrice et Secrétaire fédérale, Jean-Michel Javaux, Secrétaire fédéral
> Thèmes :
> Niveau(x) de pouvoir :Fédéral

Ecolo a soigneusement analysé l’accord intervenu la semaine dernière entre négociateurs de l’orange bleue au sujet de la politique internationale que mènera la Belgique au cours de la législature. Au fil des pages, libéraux et humanistes mettent en évidence la faiblesse des initiatives qui seront menées durant la législature.

Ainsi, alors que la Belgique assurera la présidence de l’Union Européenne en 2010, et qu’il s’avère urgent d’œuvrer pour une Europe plus verte et plus sociale, aucune référence n’est faite dans l’accord à la nécessité de lancer des chantiers de travail aussi urgents que la sauvegarde et la promotion des services sociaux d’intérêt général par le biais d’une directive-cadre ou encore, la nécessité d’une harmonisation fiscale et d’une régulation financière approfondie.

De même, en matière de lutte contre le réchauffement climatique, l’accord se limite à rappeler les engagements préalables de l’Union et s’abstient d’adopter des objectifs plus ambitieux ou d’annoncer les mesures générales qu’il entend défendre dans la perspective des négociations d’un protocole Kyoto+.

En matière de coopération internationale, l’engagement de respecter le prescrit légal visant à porter l’aide au développement à 0,7% du PIB manque de crédibilité. Les partenaires de l’orange bleue se bornent en effet « à explorer des éventuelles nouvelles sources de financement » sans toutefois les citer, alors qu’ils entendent par ailleurs réduire les recettes publiques via une nouvelle reforme fiscale…

Enfin, si la note passe sous silence la nécessaire démocratisation des institutions financières internationales ou l’audit des dettes illégitimes des pays du Sud, elle est en revanche très éloquente quand il s’agit d’insister sur la nécessité de poursuivre, sans autre forme de régulation, le processus en cours de libéralisation du commerce international.

Ecolo ne peut donc que réfuter le médiocre contenu de cet accord et s’inquiéter de l’immobilisme qu’il impliquera pour la politique internationale de la Belgique. Les députés écologistes ne manqueront d’ailleurs pas de proposer, au fil de la législature, des alternatives plus ambitieuses en ces matières.

07:55 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Jean-Michel Javaux et Isabelle Durant candidats à leur réélection à la tête d’Ecolo

Assurer la transition écologique

> Publié le lundi 15 octobre 2007

Le 21 octobre prochain, l’Assemblée Générale d’Ecolo se réunira à Gembloux pour élire son nouveau Secrétariat fédéral. Il s’agit évidemment d’un moment important pour le parti et pour l’écologie politique dans notre pays. Au-delà, l’urgence d’une transition vers un modèle de développement écologique et le contexte politique belge donnent à cette élection une importance particulière.

En ce début de XXIème siècle, l’urgence d’un changement profond de cap s’impose pour notre société, ne fût-ce que pour combattre et empêcher les dérèglements climatiques qui constituent une des expressions les plus significatives des déséquilibres de nos écosystèmes et un des défis les plus importants auxquels l’humanité ait jamais été confrontée.

Nous pensons que les écologistes ont une responsabilité historique à cet égard. Il leur revient de montrer que la peur n’est pas une bonne conseillère et que si nous nous laissons dominer par elle, nous risquons de nous tromper collectivement en choisissant les solutions les moins démocratiques et les plus violentes et donc les moins efficaces, pour nous sortir des impasses contemporaines.

Mais inversement, la démocratie elle-même est mise aujourd’hui en demeure de se montrer à la hauteur des défis en préférant la solidarité et la vision à long terme à l’égoïsme, au repli sur soi et aux décisions à court terme.

Dans ce cadre et pour faire face à ces défis inédits, nous proposons qu’Ecolo contribue à cinq grands chantiers de modernisation qui constituent autant de priorités d’Ecolo pour les quatre prochaines années : les modernisations écologique, économique, sociale, culturelle et démocratique.

Isabelle Durant et Jean-Michel Javaux, secrétaires fédéraux.

07:53 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Accord sur l’immigration, l’humanisme en moins

> Publié le mardi 9 octobre 2007
> Par Jean-Michel Javaux, Secrétaire fédéral, Isabelle Durant, Sénatrice et Secrétaire fédérale
> Thèmes :
> Niveau(x) de pouvoir :Fédéral

Ayant pris connaissance des informations disponibles sur l’accord en matière d’immigration, Ecolo tient à faire savoir sa plus vive inquiétude quant aux décisions prises cette nuit entre partenaires de l’orange bleue.

Contrairement à ce qu’Ecolo a toujours préconisé, humanistes et libéraux refusent définitivement de mener une politique migratoire basée sur des critères clairs et objectifs, couchés noir sur blanc dans une loi et appliqués par une commission indépendante. Ce faisant, ils entérinent la politique de régularisation « à la tête du client » menée par le Gouvernement sortant, ce qui continuera à faire les choux gras de tous les réseaux d’exploitation de la misère.

Concernant les centres fermés, Ecolo s’indigne des discours hypocrites laissant entendre que des enfants seraient « mieux enfermés » dans une ancienne caserne que dans un centre fermé. Dans un cas comme dans l’autre, ils continueront à être privés de liberté, ce qui est inhumain et contraire aux Conventions internationales ratifiées par la Belgique.

En cette nuit de négociations, oranges et bleus se seront surtout illustrés par une consternante indifférence tant vis-à-vis des avocats qui ont manifesté en toge pour dénoncer l’arbitraire de l’Office des Etrangers, que des sans-papiers qui ont occupé une quarantaine d’églises pour faire connaître leur détresse. S’il y a un accord sur l’immigration, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il manque cruellement d’humanité.

07:51 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/10/2007

Nobel de la Paix : de la reconnaissance aux actes, il y a urgence !

Ecolo & Groen! se réjouissent que, pour la deuxième fois, le prestigieux Prix Nobel de la Paix ait été décerné au combat pour la sauvegarde de la Planète !

Après Wangari Maathai en 2004, ce sont les experts du GIEC, parmi lesquels il faut saluer le travail du Prof. Jean-Pascal van Yperzeel, et l’ancien Vice-président américain Al Gore, qui se voient ainsi récompensés pour leur remarquable travail de conscientisation planétaire à la cause environnementale.

 Pour Ecolo & Groen!, cette reconnaissance internationale serait cependant vaine si elle ne se traduisait pas rapidement par des actes concrets dans le chef de chacun des décideurs politiques, sociaux et économiques, à quelque niveau qu’il se trouve.

En ce sens, Ecolo & Groen! exhortent le gouvernement Orange-Bleu en gestation à élaborer rapidement un chapitre environnemental conséquent, doté de moyens budgétaires dignes de ce nom.

Malheureusement, jusqu’aujourd’hui, les premiers signaux envoyés par ces mêmes familles politiques nous font craindre le pire. En particulier, leur décision de revenir à l’énergie nucléaire et leur volonté maladive de revoir à la hausse les quotas de pollution belges.

 
Jean-Michel Javaux & Isabelle Durant            Vera Dua

Secrétaires fédéraux d’Ecolo                            Présidente de Groen!

13:25 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Erquelinnes : Hausse des dépôts clandestins

Les Ecolos demandent des précisions sur la politique environnementale de la majorité

 

ERQUELINNES Suite à la découverte de plusieurs dépôts de déchets par une riveraine de

Montignies-Saint-Christophe, la locale d'Ecolo a interpellé par courrier le député-bourgmestre, David Lavaux. "Nous avons été contactés par une dame qui a participé à une marche Adeps, il y a environ 15 jours", souligne Ariane Van Landeghem, secrétaire de la focale Ecolo. "Lors de cet événement, elle a constaté de nombreux sites pollués. Nous déplorons le manque d'entretien aux abords du pont Romain, qui reste l'un des lieux importants pour I'image de notre commune. Nous avons également envoyé une lettre ou bourgmestre afin qu'il intègre plusieurs de nos questions à l’ordre du jour du prochain conseil communal!
Dans ce courrier, les responsables Ecolos demandent notamment que la surveillance soit accentuée et que des amendes administratives soient infligées aux responsables d'incivilités.
lls veulent aussi savoir si quelqu'un a été nommé par les autorités communales, afin de constater et d'infliger des sanctions aux auteurs de ces actes de dégradation.

La majorité affirme que plusieurs mesures ont été prises pour palier ce phénomène et qu'elle n'a pas attendu la réception du courrier pour agir. A choque fois qu'un dépôt clandestin est découvert, un constatateur descend sur les lieux afin de prendre Ies photos nécessaires explique David Lavaux, bourgmestre.
"Plusieurs amendes ont déjà été infligées mais il n'est pas toujours facile de retrouver les auteurs de ces faits. Ces actes sont scandaleux et complètement idiots.
Les gens prennent la peine de sortir leur voiture pour jeter les détritus ou coin d'un bois au lieu d'aller au parc à conteneurs. (l’année dernière, nous avons même retrouvé un camion rempli de veilles batteries. Je suis le premier surpris de voir que des citoyens sont capables d'agir de la sorte'!
Malgré les efforts entrepris par les responsables communaux,la propreté reste un problème qu'il est difficile de régler De plus,le coût financier n'est pas toujours facile à assumer pour les petites communes.
'Une tonne de déchets coûte près de 100 € à l’administration", confie le bourgmestre. 'Chaque année, nous enlevons plusieurs millions de tonnes sur I'ensemble de notre territoire. Nous sommes vigilants en ce qui concerne la propreté,mais nous ne savons pas être partout. Lors des périodes de fêtes musulmanes, nous observons également I'apparition de déchets de mouton.
Ceci s'explique par notre proximité avec la France, qui compte de nombreux musulmans à ses frontières!'
Le bourgmestre annonce que plusieurs actions de nettoyage seront organisées au printemps en collaboration avec les jeunes de la région, afin qu1ls soient sensibilisés aux problématiques liées à l’environnement.

G.V.

Article paru dans la Dernière Heure du 09/10/2007 

 

13:21 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/10/2007

Marche ADEPS ou promenade anti-décharge sauvage …

Nous avons été interpellés par une riveraine de Montignies saint Christophe.

La météo étant favorable ce dimanche 23 septembre 2007, celle-ci avait décidé de participer, en famille, à la marche ADEPS démarrant de Montignies-Saint-Christophe à travers notre belle région.

Elle s’était munie de son appareil photos. Outre de très jolis paysages immortalisés, voici des choses beaucoup moins jolies qu’elle a pu observer (photos jointes) :

·         Décharge sauvage : fond de la rue Ste Anne, ancienne ligne 108-109, sentier boisé reliant Montignies-St-Christophe. à Hantes-Wihéries

·         Déchets d'incinération : Petit chemin remontant de la route de Mons vers la France, prendre à gauche dans le bois et redescendre le chemin agricole vers le Pont Romain

·         Pneus dans la rivière et poubelle qui débordait à cause de dépôt de petits sacs d’ordures ménagères pas des gens peu scrupuleux : Pont Romain de Montignies-St-Christophe

Composition1

Sa promenade bucolique a pris des accents de campagne anti-pollution et anti "décharge sauvage" pour sensibiliser ses enfants à ne jamais agir comme cela

Nous avons aussi eu l’écho de dépôts de pneus à Grand-reng, de déchargements de camions entiers dans les petites routes entre la route Mons-Beaumont et Grand-Reng. ainsi que d'autres dépôts sauvages.

 

Nous nous associons à cette riveraine,
 

- pour condamner les incivilités et les dépôts sauvages et pour déplorer le manque de réaction face à ce type de comportement

- pour déplorer le manque d’entretien et le manque de sanction envers les incivilités autour du pont Romain de Montignies-Saint-Christophe qui est pourtant un lieu attractif pour notre commune

- pour constater le manque d’effort consenti pour l’image d’Erquelinnes alors qu’un événement du type marche ADEPS, attire des gens externes à l’entité


Nous interpellerons par courrier le Député-Bourgmestre d’Erquelinnes, M. Lavaux  en lui demandant :

-      d’inscrire de ce point lors du prochain conseil communal

-          d’accentuer la surveillance et d’utiliser des amendes administratives pour ce type d’incivilité

-          de nous préciser si des amendes administratives ont déjà été utilisées sur le territoire d’Erquelinnes et si des personnes ont été nommées pour infliger ce type d’amende

-          d’améliorer l’entretien des zones d’intérêts touristiques ainsi que des zones de promenades et de randonnées, en engageant du personnel et créant une équipe spécialisée dans ce type de problème, voire en organisant des actions de nettoyage ciblées en partenariat avec des mouvements associatifs de jeunes.

-          de tenir compte des événements locaux afin d’accentuer l’attractivité de notre entité

-         d’organiser une journée de sensibilisation du type « journée de l’environnement » pour laquelle nous pouvons nous associer et  vous faire profiter de notre expertise et de nos contacts dans ce domaine

Dans le programme des élections communales d’octobre 2006 ; sa liste promettait de faire un effort concernant les dépôts sauvages et les incivilités qui sont une plaie pour notre cadre de vie ; mais aussi un souci de continuer à développer l’attractivité d’Erquelinnes

 

Ariane Van Landeghem,

Secrétaire de la locale ECOLO d’Erquelinnes

14:18 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |