16/09/2008

Plan Marshall et redéploiement wallon : dépasser l’euphorie et le noircissisme

Publié le vendredi 12 septembre 2008
> Par Bernard Wesphael, Député et chef de groupe au Parlement wallon, Marcel Cheron, Député régional wallon et député au Parlement de la Communauté française, Sénateur de communauté, Monika Dethier-Neumann, Députée au Parlement wallon
> Thèmes : , , , , , , ,
> Niveau(x) de pouvoir :

Trois ans après le lancement du Plan Marshall, et à quelques encablures de la fin de législature, ECOLO dresse le bilan des résultats du plan de relance économique de la Région, ainsi que des perspectives qui s’offrent aujourd’hui à la Wallonie.

Trois années de Plan Marshall

Présenté par le Gouvernement à grand renfort de publicité le 30 août 2005, le Plan Marshall wallon fut dès le départ décrit par ses auteurs comme une étape essentielle pour l’avenir wallon, devant « mettre en œuvre les conditions d’une prospérité partagée qui passe par un redressement structurel et une convergence vers les moyennes européennes » .

Succédant au Contrat d’Avenir pour la Wallonie et prenant le relais des plans stratégiques transversaux lancés entre 2004 et 2005, le Plan Marshall devait tirer les enseignements de ces démarches et intégrer l’évolution du contexte économique. Pour ce faire, le Gouvernement décidait en particulier de cibler des actions prioritaires pour lesquelles il décidait de dégager des moyens additionnels capables de « booster » le développement régional. Les moyens additionnels en question étaient identifiés à hauteur de 1 milliard € et les actions prioritaires se voyaient ainsi regroupées au sein de 5 axes .

Entre label volontariste et marketing

Si, à l’instar d’une série d’autres acteurs, Ecolo a d’emblée salué la démarche consistant à impulser à la Wallonie un nécessaire volontarisme par le biais d’un plan global, nous avons également observé dès le départ que cette initiative devrait impérativement être encadrée, suivie, constamment réévaluée et adaptée aux réalités d’un contexte socio-économique changeant.

Néanmoins, le Gouvernement PS-cdH tend trop souvent à se retrancher derrière une communication systématiquement positive ou derrière la nécessité de faire corps avec le redéploiement wallon, évitant par là les questions légitimes sur certaines faiblesses du plan : choix discutables, mise en œuvre parfois laborieuse, problématiques irrésolues, perspectives budgétaires peu rassurantes, …

Cette posture ne nous apparaît ni saine ni pertinente. Car si, pour reprendre le slogan de la campagne publicitaire lancée par le gouvernement, « Certains wallons sont de bons plans ! », il nous semble incontournable de songer aussi à ceux d’entre eux qui n’en font pas encore partie.

Il ne s’agit pas pour autant de tomber dans les dichotomies nourries par une vision trop étroite du clivage entre majorité et opposition.

Trois ans après le lancement du Plan Marshall, et à quelques encablures de la fin de législature, ECOLO a donc tenu à dresser le bilan des résultats du plan de relance économique de la Région, ainsi que des perspectives qui s’offrent aujourd’hui à la Wallonie.

Ce bilan, ECOLO l’a volontairement voulu nuancé : reprenant les forces et les faiblesses des politiques mises en œuvre, mais ne cachant rien de certaines inquiétudes pour l’avenir wallon. Inquiétudes qui se situent tant au niveau budgétaire qu’au niveau de la pertinence de certains choix politiques du Gouvernement.

ECOLO aime la Wallonie. C’est précisément parce que nous aimons la Wallonie que nous estimons qu’elle mérite mieux qu’une euphorie auto-persuasive ou un « noircissisme » partisan.

 

A télécharger
Plan Marshall et redéploiement wallon : dépasser l’euphorie et le noircissisme
Document PDF - 184,9 ko - Ouvrir ce document - Ouvrir dans une autre fenêtre

20:37 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.