26/09/2008

JEAN BERNARD GODEAU

Une petite pensée pour notre ami JEAN-BERNARD, Trésorier actuel et fondateur de la locale ECOLO d'Erquelinne mais aussi trésorier de la regionale ECOLO de THUIN.

L'etat de santé de celui ci n'est en effet pas au beau fixe, il est d'ailleur hospitalisé depuis le 3 septembre a l'hopital Vésale

Nous lui souhaitons un prompt retablissement et beaucoup de courage a son épouse

Pour la locale d'Erquelinnes

ARIANE VAN LANDEGHEM

15:53 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/09/2008

9eme rassemblement des ecologistes du hainaut

DH du Lundi 22 septembre 2008

Des propositions concrètes

Les écologistes hennuyers sur le thème du pouvoir d'achat

CHARLEROI Rassemblés à l'ISC de Charleroi, les Écolos hennuyers s'inscrivaient dans l'actualité politique mouvementée ce samedi : alors que le communautaire bloquait une nouvelle fois le fédéral, les écologistes s'intéressaient au pouvoir d'achat.

Plusieurs propositions concrètes ont émergé de cette matinée de réflexion. L'une de ces propositions, portées par le député fédéral Jean-Marc Nollet en proposition de loi déposée à l'ordre du jour de la Chambre, concerne le revenu d'intégration sociale (RIS).

"Ce que nous constatons, c'est que certaines catégories de personnes sont particulièrement touchées par la baisse du pouvoir d'achat. Lorsque ce sont les matières premières, les matières alimentaires et les énergies dont les prix augmentent, directement, les plus précarisés s'en ressentent évidemment plus fort puisque leur consommation est éminemment liée à ces produits", résume Jean-Marc Nollet, qui plaide donc pour un rehaussement du RIS de 690 à 860 €.

"Il s'agit là de la barre théorique du revenu plancher pour le seuil de pauvreté. Actuellement, en Belgique, un million et demi de personnes vivent avec un revenu en-dessous de ce seuil. Cette hausse du RIS sera donc utile pour les précarisés mais aussi pour l'économie", assure le député.

Autre proposition des Écolos : l'isolation des maisons. "La situation est particulièrement critique en Hainaut, autour de Mons, La Louvière et Charleroi : une maison sur deux est mal isolée, ce qui induit des pertes d'énergie, avec tous les effets néfastes tant pour le portefeuille que pour l'environnement. Là, nous devons induire un partenariat public-ménages afin que l'État prenne en charge les investissements des travaux d'isolation et se rembourse via les économies d'énergie engrangées; ce type de mesure concernant autant les propriétaires que les locataires."

V. D.

16:24 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/09/2008

TOUCHE PAS A MA POSTE... Solre Sur Sambre AUSSI

touche pas à ma poste

 

Où va la Poste? Sa direction vient d'annoncer la fermeture de75 nouveaux bureaux de poste dont Solre Sur Sambre

Durant les années 80, il y a eu appel à de l'argent privé dans les services publics.

En octobre 2005, il y a privatisation de la Poste, l'Etat belge vend la moitié moins une action à un consortium.

En juillet 2007, le parlement européen vote la libéralisation du marché postal pour 2011.

Tout cela nous amène à

  • la dégradation des conditions de travail du personnel de la poste ( Géoroute 2) ainsi qu'à l'emploi de nombreux intérimaires (emploi précaire).
  • la suppression de 2500 boîtes aux lettres.
  • la fermeture de nombreux bureaux de poste...

 

Pendant des années la poste, service public, s'est targuée de sa proximité, offrant non seulement un service postal, mais aussi un service bancaire. Nombre de personnes âgées ont souscrits un compte chez eux, se disant qu'elles n'auraient pas loin pour s'y rendre, qu'il y aurait une proximité d'écoute. Outre les personnes âgées, il y a également les personnes qui choisissaient la banque de la poste pour la gratuité des comptes(autant économiser là où c'est possible). Toutes ces personnes ne possèdent pas nécessairement un ordinnateur et ne possèdent pas non plus internet.

La poste rétorque qu'elle instaure des points postes...mais on ne peut pas tout y faire...Lorque vous allez chez Delhaize par exemple, le point poste se situe à l'accueil et je vous assure que les personnes qui attendent pour les vidanges ne sont pas très polies lorsqu'elles doivent patienter parce que l'employée est occupée avec l'envoi d'un recommandé . De plus qu'en est-il de la gestion des comptes? Ce n'est ni dans les grandes surfaces, ni dans les librairies que cela peut se passer déontologiquement...alors

Ecolo réclame une intervention rapide la la ministre et du Gouvernement afin de maintenir les bureaux qui sont encore ouverts en Hainaut voire même d'envisager la réouverture de certains!

20:54 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Plan Marshall et redéploiement wallon : dépasser l’euphorie et le noircissisme

Publié le vendredi 12 septembre 2008
> Par Bernard Wesphael, Député et chef de groupe au Parlement wallon, Marcel Cheron, Député régional wallon et député au Parlement de la Communauté française, Sénateur de communauté, Monika Dethier-Neumann, Députée au Parlement wallon
> Thèmes : , , , , , , ,
> Niveau(x) de pouvoir :

Trois ans après le lancement du Plan Marshall, et à quelques encablures de la fin de législature, ECOLO dresse le bilan des résultats du plan de relance économique de la Région, ainsi que des perspectives qui s’offrent aujourd’hui à la Wallonie.

Trois années de Plan Marshall

Présenté par le Gouvernement à grand renfort de publicité le 30 août 2005, le Plan Marshall wallon fut dès le départ décrit par ses auteurs comme une étape essentielle pour l’avenir wallon, devant « mettre en œuvre les conditions d’une prospérité partagée qui passe par un redressement structurel et une convergence vers les moyennes européennes » .

Succédant au Contrat d’Avenir pour la Wallonie et prenant le relais des plans stratégiques transversaux lancés entre 2004 et 2005, le Plan Marshall devait tirer les enseignements de ces démarches et intégrer l’évolution du contexte économique. Pour ce faire, le Gouvernement décidait en particulier de cibler des actions prioritaires pour lesquelles il décidait de dégager des moyens additionnels capables de « booster » le développement régional. Les moyens additionnels en question étaient identifiés à hauteur de 1 milliard € et les actions prioritaires se voyaient ainsi regroupées au sein de 5 axes .

Entre label volontariste et marketing

Si, à l’instar d’une série d’autres acteurs, Ecolo a d’emblée salué la démarche consistant à impulser à la Wallonie un nécessaire volontarisme par le biais d’un plan global, nous avons également observé dès le départ que cette initiative devrait impérativement être encadrée, suivie, constamment réévaluée et adaptée aux réalités d’un contexte socio-économique changeant.

Néanmoins, le Gouvernement PS-cdH tend trop souvent à se retrancher derrière une communication systématiquement positive ou derrière la nécessité de faire corps avec le redéploiement wallon, évitant par là les questions légitimes sur certaines faiblesses du plan : choix discutables, mise en œuvre parfois laborieuse, problématiques irrésolues, perspectives budgétaires peu rassurantes, …

Cette posture ne nous apparaît ni saine ni pertinente. Car si, pour reprendre le slogan de la campagne publicitaire lancée par le gouvernement, « Certains wallons sont de bons plans ! », il nous semble incontournable de songer aussi à ceux d’entre eux qui n’en font pas encore partie.

Il ne s’agit pas pour autant de tomber dans les dichotomies nourries par une vision trop étroite du clivage entre majorité et opposition.

Trois ans après le lancement du Plan Marshall, et à quelques encablures de la fin de législature, ECOLO a donc tenu à dresser le bilan des résultats du plan de relance économique de la Région, ainsi que des perspectives qui s’offrent aujourd’hui à la Wallonie.

Ce bilan, ECOLO l’a volontairement voulu nuancé : reprenant les forces et les faiblesses des politiques mises en œuvre, mais ne cachant rien de certaines inquiétudes pour l’avenir wallon. Inquiétudes qui se situent tant au niveau budgétaire qu’au niveau de la pertinence de certains choix politiques du Gouvernement.

ECOLO aime la Wallonie. C’est précisément parce que nous aimons la Wallonie que nous estimons qu’elle mérite mieux qu’une euphorie auto-persuasive ou un « noircissisme » partisan.

 

A télécharger
Plan Marshall et redéploiement wallon : dépasser l’euphorie et le noircissisme
Document PDF - 184,9 ko - Ouvrir ce document - Ouvrir dans une autre fenêtre

20:37 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Soja transgénique dans l’alimentation : une décision inacceptable !

Publié le mercredi 10 septembre 2008
> Par Thérèse Snoy, Députée fédérale
> Thèmes : ,
> Niveau(x) de pouvoir : ,

Ce 8 septembre, la Commission européenne a autorisé l’importation et la transformation du soja transgénique « A2704-12 » de Bayer dans l’alimentation animale et humaine. Cette autorisation remet une fois de plus en exergue les errements du cadre décisionnel européen en matière d’autorisation d’OGM. 

Cette autorisation découle d’un déficit démocratique inacceptable. Les Etats membres n’ont pas réussi à trancher et c’est donc la Commission européenne qui a pris seule la décision d’autorisation. Il n’est pas inutile de rappeler que depuis 2004, lorsqu’il lui appartient de trancher, la Commission n’a jamais rendu d’avis négatif.

Le cadre actuel d’analyse des risques OGM au niveau européen est insuffisant :

absence d’analyses des effets potentiels à long terme, insuffisance de l’analyse des impacts environnementaux, opacité de fonctionnement de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et manque de prise en compte des facteurs socio-économiques et éthiques liés aux OGM. 

Depuis 2004, les producteurs de denrées alimentaires doivent mentionner la présence d’OGM sur l’étiquetage. Cette réglementation européenne s’applique aux ingrédients, additifs et arômes contenant du maïs ou du soja génétiquement modifié, aux huiles et produits dérivés, mais pas aux produits provenant d’animaux nourris avec des OGM. Or, en dehors des filières biologiques certifiées, il n’y a plus de filières sans OGM pour l’alimentation animale. Notre bétail est donc copieusement nourri aux OGM et le consommateur n’a plus le choix. Pour Ecolo, il est indispensable que les consommateurs européens puissent savoir si le lait, les œufs ou la viande qu’ils achètent provient d’animaux nourris aux OGM et choisir en connaissance de cause.

Toutes ces questions ont été abordées au niveau belge dans le cadre du « Printemps de l’environnement » et des engagements ont été pris par le Ministre Magnette à cette occasion. Il revient maintenant au gouvernement fédéral de se montrer en phase avec les attentes des consommateurs qui, à de nombreuses reprises, ont manifesté leur rejet de l’alimentation OGM.

20:36 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

IRE La Belgique n’est pas protégée contre un accident nucléaire !

Publié le mardi 2 septembre 2008
> Par Jean-Marc Nollet, Député fédéral
> Thèmes :
> Niveau(x) de pouvoir :

Vu la gravité de la situation, un débat aura lieu en urgence à la Chambre ce mercredi à 10h15. L’incident grave de l’IRE l’avait révélé, le directeur général de l’AFCN vient de le confirmer ce matin sur les antennes de la RTBF : le système de détection d’accident nucléaire TELERAD a été incapable de repérer un accident de niveau 3 et il ne le sera pas avant de nombreux mois, voire plusieurs années ! La Belgique n’est donc pas protégée comme il se doit contre le risque nucléaire. Pour les écologistes, cette situation est INTOLERABLE !

Comme il l’avait annoncé, Jean-Marc Nollet a déposé une interpellation urgente (cf. fichier attaché) auprès du Ministre de l’Intérieur à la suite de l’incident grave survenu, il y a 10 jours, sur le site de l’IRE. Cette interpellation sera l’occasion pour lui d’exiger la mise en place urgente d’un nouveau système de protection complète de l’ensemble des installations nucléaires belges.

La gravité de la situation est telle que la commission de l’Intérieur se réunira exceptionnellement pendant la période des congés parlementaires, conjointement avec la commission de la Santé publique, ce mercredi 3 septembre à 10h15, pour écouter les interpellations et permettre au Gouvernement de répondre aux multiples questions qui se posent.

Cette réunion sera aussi pour Jean-Marc Nollet l’occasion d’exiger, au Parlement, que toutes les leçons soient tirées et que les sanctions qui s’imposent soient prises pour que la confiance puisse revenir. Avec son Collègue Georges Gilkinet, Jean-Marc Nollet compte mettre les différents acteurs (IRE, AFCN, Ministres) face à leurs responsabilités respectives, que ce soit par rapport aux rejets proprement dits où à la gestion catastrophique de la crise.

On peut espérer que cette commission permettra de recevoir les informations précises sur les causes et l’ampleur des rejets, ainsi que sur les mesures que compte imposer le Gouvernement avant de relancer éventuellement les activités de production.

 

A télécharger
Interpellation
Suite à la crise, interpellation au Ministre de l’Intérieur
Document PDF - 39 ko - Ouvrir ce document - Ouvrir dans une autre fenêtre
Communiqué de presse
Envoyé le 29 août à 19h30
Document PDF - 42,4 ko - Ouvrir ce document - Ouvrir dans une autre fenêtre

20:33 Écrit par B.L. dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |