18/10/2007

Accord sur l’immigration, l’humanisme en moins

> Publié le mardi 9 octobre 2007
> Par Jean-Michel Javaux, Secrétaire fédéral, Isabelle Durant, Sénatrice et Secrétaire fédérale
> Thèmes :
> Niveau(x) de pouvoir :Fédéral

Ayant pris connaissance des informations disponibles sur l’accord en matière d’immigration, Ecolo tient à faire savoir sa plus vive inquiétude quant aux décisions prises cette nuit entre partenaires de l’orange bleue.

Contrairement à ce qu’Ecolo a toujours préconisé, humanistes et libéraux refusent définitivement de mener une politique migratoire basée sur des critères clairs et objectifs, couchés noir sur blanc dans une loi et appliqués par une commission indépendante. Ce faisant, ils entérinent la politique de régularisation « à la tête du client » menée par le Gouvernement sortant, ce qui continuera à faire les choux gras de tous les réseaux d’exploitation de la misère.

Concernant les centres fermés, Ecolo s’indigne des discours hypocrites laissant entendre que des enfants seraient « mieux enfermés » dans une ancienne caserne que dans un centre fermé. Dans un cas comme dans l’autre, ils continueront à être privés de liberté, ce qui est inhumain et contraire aux Conventions internationales ratifiées par la Belgique.

En cette nuit de négociations, oranges et bleus se seront surtout illustrés par une consternante indifférence tant vis-à-vis des avocats qui ont manifesté en toge pour dénoncer l’arbitraire de l’Office des Etrangers, que des sans-papiers qui ont occupé une quarantaine d’églises pour faire connaître leur détresse. S’il y a un accord sur l’immigration, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il manque cruellement d’humanité.

07:51 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/10/2007

Nobel de la Paix : de la reconnaissance aux actes, il y a urgence !

Ecolo & Groen! se réjouissent que, pour la deuxième fois, le prestigieux Prix Nobel de la Paix ait été décerné au combat pour la sauvegarde de la Planète !

Après Wangari Maathai en 2004, ce sont les experts du GIEC, parmi lesquels il faut saluer le travail du Prof. Jean-Pascal van Yperzeel, et l’ancien Vice-président américain Al Gore, qui se voient ainsi récompensés pour leur remarquable travail de conscientisation planétaire à la cause environnementale.

 Pour Ecolo & Groen!, cette reconnaissance internationale serait cependant vaine si elle ne se traduisait pas rapidement par des actes concrets dans le chef de chacun des décideurs politiques, sociaux et économiques, à quelque niveau qu’il se trouve.

En ce sens, Ecolo & Groen! exhortent le gouvernement Orange-Bleu en gestation à élaborer rapidement un chapitre environnemental conséquent, doté de moyens budgétaires dignes de ce nom.

Malheureusement, jusqu’aujourd’hui, les premiers signaux envoyés par ces mêmes familles politiques nous font craindre le pire. En particulier, leur décision de revenir à l’énergie nucléaire et leur volonté maladive de revoir à la hausse les quotas de pollution belges.

 
Jean-Michel Javaux & Isabelle Durant            Vera Dua

Secrétaires fédéraux d’Ecolo                            Présidente de Groen!

13:25 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Erquelinnes : Hausse des dépôts clandestins

Les Ecolos demandent des précisions sur la politique environnementale de la majorité

 

ERQUELINNES Suite à la découverte de plusieurs dépôts de déchets par une riveraine de

Montignies-Saint-Christophe, la locale d'Ecolo a interpellé par courrier le député-bourgmestre, David Lavaux. "Nous avons été contactés par une dame qui a participé à une marche Adeps, il y a environ 15 jours", souligne Ariane Van Landeghem, secrétaire de la focale Ecolo. "Lors de cet événement, elle a constaté de nombreux sites pollués. Nous déplorons le manque d'entretien aux abords du pont Romain, qui reste l'un des lieux importants pour I'image de notre commune. Nous avons également envoyé une lettre ou bourgmestre afin qu'il intègre plusieurs de nos questions à l’ordre du jour du prochain conseil communal!
Dans ce courrier, les responsables Ecolos demandent notamment que la surveillance soit accentuée et que des amendes administratives soient infligées aux responsables d'incivilités.
lls veulent aussi savoir si quelqu'un a été nommé par les autorités communales, afin de constater et d'infliger des sanctions aux auteurs de ces actes de dégradation.

La majorité affirme que plusieurs mesures ont été prises pour palier ce phénomène et qu'elle n'a pas attendu la réception du courrier pour agir. A choque fois qu'un dépôt clandestin est découvert, un constatateur descend sur les lieux afin de prendre Ies photos nécessaires explique David Lavaux, bourgmestre.
"Plusieurs amendes ont déjà été infligées mais il n'est pas toujours facile de retrouver les auteurs de ces faits. Ces actes sont scandaleux et complètement idiots.
Les gens prennent la peine de sortir leur voiture pour jeter les détritus ou coin d'un bois au lieu d'aller au parc à conteneurs. (l’année dernière, nous avons même retrouvé un camion rempli de veilles batteries. Je suis le premier surpris de voir que des citoyens sont capables d'agir de la sorte'!
Malgré les efforts entrepris par les responsables communaux,la propreté reste un problème qu'il est difficile de régler De plus,le coût financier n'est pas toujours facile à assumer pour les petites communes.
'Une tonne de déchets coûte près de 100 € à l’administration", confie le bourgmestre. 'Chaque année, nous enlevons plusieurs millions de tonnes sur I'ensemble de notre territoire. Nous sommes vigilants en ce qui concerne la propreté,mais nous ne savons pas être partout. Lors des périodes de fêtes musulmanes, nous observons également I'apparition de déchets de mouton.
Ceci s'explique par notre proximité avec la France, qui compte de nombreux musulmans à ses frontières!'
Le bourgmestre annonce que plusieurs actions de nettoyage seront organisées au printemps en collaboration avec les jeunes de la région, afin qu1ls soient sensibilisés aux problématiques liées à l’environnement.

G.V.

Article paru dans la Dernière Heure du 09/10/2007 

 

13:21 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/10/2007

Marche ADEPS ou promenade anti-décharge sauvage …

Nous avons été interpellés par une riveraine de Montignies saint Christophe.

La météo étant favorable ce dimanche 23 septembre 2007, celle-ci avait décidé de participer, en famille, à la marche ADEPS démarrant de Montignies-Saint-Christophe à travers notre belle région.

Elle s’était munie de son appareil photos. Outre de très jolis paysages immortalisés, voici des choses beaucoup moins jolies qu’elle a pu observer (photos jointes) :

·         Décharge sauvage : fond de la rue Ste Anne, ancienne ligne 108-109, sentier boisé reliant Montignies-St-Christophe. à Hantes-Wihéries

·         Déchets d'incinération : Petit chemin remontant de la route de Mons vers la France, prendre à gauche dans le bois et redescendre le chemin agricole vers le Pont Romain

·         Pneus dans la rivière et poubelle qui débordait à cause de dépôt de petits sacs d’ordures ménagères pas des gens peu scrupuleux : Pont Romain de Montignies-St-Christophe

Composition1

Sa promenade bucolique a pris des accents de campagne anti-pollution et anti "décharge sauvage" pour sensibiliser ses enfants à ne jamais agir comme cela

Nous avons aussi eu l’écho de dépôts de pneus à Grand-reng, de déchargements de camions entiers dans les petites routes entre la route Mons-Beaumont et Grand-Reng. ainsi que d'autres dépôts sauvages.

 

Nous nous associons à cette riveraine,
 

- pour condamner les incivilités et les dépôts sauvages et pour déplorer le manque de réaction face à ce type de comportement

- pour déplorer le manque d’entretien et le manque de sanction envers les incivilités autour du pont Romain de Montignies-Saint-Christophe qui est pourtant un lieu attractif pour notre commune

- pour constater le manque d’effort consenti pour l’image d’Erquelinnes alors qu’un événement du type marche ADEPS, attire des gens externes à l’entité


Nous interpellerons par courrier le Député-Bourgmestre d’Erquelinnes, M. Lavaux  en lui demandant :

-      d’inscrire de ce point lors du prochain conseil communal

-          d’accentuer la surveillance et d’utiliser des amendes administratives pour ce type d’incivilité

-          de nous préciser si des amendes administratives ont déjà été utilisées sur le territoire d’Erquelinnes et si des personnes ont été nommées pour infliger ce type d’amende

-          d’améliorer l’entretien des zones d’intérêts touristiques ainsi que des zones de promenades et de randonnées, en engageant du personnel et créant une équipe spécialisée dans ce type de problème, voire en organisant des actions de nettoyage ciblées en partenariat avec des mouvements associatifs de jeunes.

-          de tenir compte des événements locaux afin d’accentuer l’attractivité de notre entité

-         d’organiser une journée de sensibilisation du type « journée de l’environnement » pour laquelle nous pouvons nous associer et  vous faire profiter de notre expertise et de nos contacts dans ce domaine

Dans le programme des élections communales d’octobre 2006 ; sa liste promettait de faire un effort concernant les dépôts sauvages et les incivilités qui sont une plaie pour notre cadre de vie ; mais aussi un souci de continuer à développer l’attractivité d’Erquelinnes

 

Ariane Van Landeghem,

Secrétaire de la locale ECOLO d’Erquelinnes

14:18 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/09/2007

Des logements écolos dans des quartiers écolos !

Des maisons vertes, qui produisent plus d'énergie qu'elles n'en consomment. Aux Pays Bas, les villes et les architectes travaillent à construire de plus en plus de logements écolo. ...

Des logements écolos dans des quartiers écolos !

Des maisons vertes, qui produisent plus d'énergie qu'elles n'en consomment. Aux Pays Bas, les villes et les architectes travaillent à construire de plus en plus de logements écolo.

 Allez sans plus attendre découvrir de quoi il s'agit en cliquant sur cette adresse: http://www.skynet.be/index.html?l1=actuality&l2=news&...

 

09:51 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/09/2007

Birmanie : La Belgique doit tirer la sonnette d’alarme au Conseil de Sécurité de l’ONU

> Publié le mardi 25 septembre 2007
> Par Isabelle Durant, Sénatrice et Secrétaire fédérale, Juliette Boulet, Députée fédérale, Muriel Gerkens, Députée fédérale, Wouter De Vriendt, Député fédéral Groen!
> Thèmes :
> Niveau(x) de pouvoir :Fédéral

Il y a trois semaines, Ecolo demandait au Gouvernement d’inscrire le dossier birman à l’ordre du jour du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Aujourd’hui, la tension est à son comble et il est temps de passer à des mesures plus fortes !

Il y a trois semaines, Ecolo demandait publiquement au Gouvernement en affaires courantes d’inscrire le dossier birman à l’ordre du jour du Conseil de Sécurité des Nations Unies, tant il était clair que la situation devenait critique.

Aujourd’hui, la tension est à son comble et chacun craint que le bain de sang de 1988 se reproduise. Pour Ecolo, la « retenue » demandée par la Communauté internationale à la dictature birmane ne suffira pas à empêcher le pire. Il est plus que temps de passer à des mesures plus fortes !

Dans cet esprit, la députée fédérale Juliette Boulet a déposé ce matin une question orale au Ministre belge des Affaires étrangères, lui demandant de réunir en urgence le Conseil de Sécurité pour qu’il prenne ses responsabilités et soutienne l’opposition légitime et courageuse de la population et des moines Birmans !

Aung San Suu Kyi quittera-t-elle bientôt la maison dans laquelle elle est assignée à résidence pour participer à la refondation de son pays ? Les Jeux olympiques de Pékin ouvriront-ils une ère nouvelle ? Ce n’est plus impossible, si la pression internationale se fait maximale. La Chancelière allemande Angela Merkel l’a parfaitement compris, elle qui a reçu dimanche le Dalaï Lama, sans se soucier des « représailles économiques » chinoises, dont le spectre tétanise pourtant la diplomatie belge.

Pour Ecolo et Groen ! il est extrêmement urgent de soutenir la population birmane contre une dictature militaire des plus extrêmes sévissant depuis 19 ans. C’est pourquoi, les parlementaires verts, de longue date engagés dans l’action « Elus pour la Birmanie », rejoindront le Comité d’action Birmanie dès demain midi, Place de la Liberté à Bruxelles, de même qu’ils prendront part à la grande manifestation qui se tiendra au même endroit ce samedi.

- Joignez-vous aux actions organisées en Belgique pour soutenir la population birmane ! Plus d’infos

16:25 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/09/2007

Pas de tapis vert pour l’orange bleue

Après quelques jours d’excitation politico-médiatique, les raisons qui ont motivé l’invitation d’Ecolo à des discussions en vue de débloquer l’orange bleue apparaissent plus clairement. Appuyé à l’unanimité par le Bureau, nous avons formulé trois exigences afin de tester la bonne foi des partenaires et d’éprouver leur réelle volonté de former un Gouvernement ambitieux, à même de relever les défis environnementaux, sociaux et économiques dont chacun semblait se préoccuper en campagne électorale.

La fin de non recevoir que nous avons constatée atteste que les deux seuls objectifs que poursuivaient les quatre partis de l’orange bleue étaient de :
- nous faire jouer le rôle de marche pied pour une (incertaine) majorité des 2/3 ;
- nous faire jouer le rôle de bouclier du CdH.

Pour nous, cela ne constituait pas une ambition à la mesure des enjeux. Et décrisper Joëlle Milquet ne fait pas partie de notre projet politique.

Nous avions donc trois exigences

1. Rappeler nos priorités de fond pour la participation à un Gouvernement et leur pertinence aujourd’hui : le climat, la solidarité, l’environnement, …

2. Inviter Groen ! aux discussions. Pour faire un pays ensemble, il faut se parler et avoir des projets communs, des projets qui répondent aux problèmes des gens. Il est donc paradoxal, et pour tout dire incompréhensible, que dans la crise communautaire dans laquelle le pays se trouve, les seuls partis qui n’ont jamais cessé de se parler et ont formé un groupe commun au Parlement fédéral soient invités à se dissocier. Il est aussi spectaculaire de constater que dans le refus exprimé face à nos exigences, l’arrivée de Groen ! était aussi difficile à accepter que nos réserves à l’égard de la NVA. Est-ce le Boerenbond qui fait ce Gouvernement ?

3. Bloquer la volonté séparatiste de la NVA. Cela a-t-il le moindre sens de chercher à former un Gouvernement fédéral avec un parti qui veut détruire l’Etat fédéral ? Devons-nous rappeler ce qu’est et ce que veut la NVA ? Devons-nous rappeler que la NVA n’est pas l’ancienne Volksunie, mais la partie de l’ancienne Volksunie la plus extrémiste, celle qui n’a pas soutenu les dernières réformes de l’Etat car elle ne répondait pas à son programme séparatiste ?

Jean-Luc Dehaene lui-même a soulevé cette question de la possibilité de former un Gouvernement avec la NVA. À cet égard, il faut aussi rappeler l’épisode NVA – Dedecker. Leterme avait d’abord déclaré publiquement et officiellement que le cartel CDNV-NVA ne valait que pour les régionales de 2004. Puis, les événements s’enchaînent :
- 29 novembre 2006 : Dedecker annonce qu’il ira à la NVA ;
- 30 novembre 2006 : Leterme annonce la rupture du cartel avec la NVA ;
- 9 décembre 2006 : la NVA choisit de rester au sein du cartel et exclut Dedecker. Il est clair qu’à ce moment-là et pour des raisons électorales, Leterme choisissait de réunir les conditions d’une bonne partie des difficultés que nous connaissons aujourd’hui.

Bref, trois exigences, c’était trois de trop aux yeux des négociateurs de l’orange bleue ! Après près de trois mois de blocage total entre eux et de surenchère de leur part dans les exclusives et les noms d’oiseaux, alors que les partis de l’orange bleue multiplient les exclusives (pas de tripartite traditionnelle, pas d’olivier, pas avec le PS, …), Ecolo aurait dû accepter de jouer le dépanneur sans condition ? C’était oublier qu’Ecolo a 27 ans et est un parti adulte.

Nous souhaitons également relever que la famille sociale-chrétienne dans son ensemble a à notre sens une responsabilité particulière dans la crise : vu l’état de délitement de la Violette en fin de règne, CD&V et CDh étaient assurés de participer au Gouvernement et n’ont manifestement rien anticipé, n’ont visiblement préparé aucune discussion entre eux ; c’est assez irresponsable. Pire, ils ont au contraire, chacun dans leur genre et à des degrés divers, préparé la crise d’aujourd’hui, en misant largement la campagne sur le communautaire. Désormais, cela fait près de trois mois que le CDH lanterne le pays avec son doute : aller dans l’orange bleue ou ne pas y aller. Il est maintenant temps de répondre.

La presse flamande comprend parfaitement nos exigences, comme en atteste l’édito du Standaard du 5 septembre 2007, où Bart Sturtewagen, qui n’est ni écologiste ni francophonissime, écrivait : « Il est logique qu’Ecolo mette la barre haut »… Le même jour, le Tijd écrivait également que la NVA sera conduite à des positions moins tranchées, puisqu’elle sait à présent qu’il y a une alternative pour la mettre dehors.

À l’inverse de certains acteurs et commentateurs francophones, la presse flamande a bien compris que si nous avions fait campagne sur le slogan « Ecolo maintenant ! », nous n’avons pas fait campagne sur : « Pigeons maintenant »

Publié le jeudi 6 septembre 2007
> Par Isabelle Durant, Sénatrice et Secrétaire fédérale, Jean-Michel Javaux, Secrétaire fédéral
> Thèmes : ,
> Niveau(x) de pouvoir :Fédéral

10:58 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Nominations wallonnes : Ecolo – qui ne se sert pas – a déposé des textes pour assainir !

l’instar d’autres médias qui s’intéressent également, de façon périodique, à la problématique, Le Soir de ce jour expose le mode de fonctionnement indéfendable à travers lequel s’effectue le recrutement du personnel du Parlement wallon.

Refusant tout amalgame, Ecolo tient à faire savoir combien il a toujours refusé ces pratiques qu’il juge inacceptables, et hautement préjudiciables tant pour la crédibilité de nos institutions, que pour l’image de la Wallonie. Pareils comportements sont fondamentalement indignes de l’épicentre de la démocratie wallonne qu’est censé être son Parlement.

Pour ce qui le concerne, Ecolo n’a jamais joué dans cette mauvaise pièce. Son groupe parlementaire a systématiquement mis sur pied, pour les emplois à pourvoir à son initiative, une procédure ouverte reposant sur la définition de profils de fonction, la diffusion d’appels publics dans la presse et l’organisation d’épreuves de sélection de nature à objectiver les qualités des candidats.

De surcroît, dès juin dernier, les députés Ecolo au Parlement wallon ont déposé une proposition de décret spécial ainsi qu’une modification du règlement du Parlement afin d’immuniser l’assemblée de pareils comportements (cf. annexe). Elles prévoient que le personnel du Parlement wallon soit désormais nommé sur base de procédures ouvertes à tous et dans le cadre d’un choix effectué sur base des compétences.

A cette fin, Ecolo a proposé que tout emploi fasse l’objet, avant tout recrutement ou engagement, d’une description du profil de fonctions, d’un appel public à candidatures et d’une appréciation des compétences des candidats par l’intervention d’un jury extérieur. Il est également proposé que les emplois situés au rang hiérarchique directement inférieur à celui de greffier soient pourvus sur base d’exigences d’ancienneté et de compétences. Les mêmes exigences sont retenues pour le greffier. En outre, il est proposé qu’il exerce sa fonction dans le cadre d’un régime de mandats, à l’instar du régime mis en œuvre pour les hautes responsabilités au sein de l’administration.

Ecolo en appelle donc au sens des responsabilités de chacun. Avec les textes qui sont ainsi sur la table et avec la procédure de remplacement du greffier qui est ouverte par ailleurs, Ecolo estime que le Parlement dispose d’une double occasion pour sortir de ses mœurs féodales, gagner en crédibilité et donner un signal fort en termes de rupture de la (mal)gouvernance.

Publié le jeudi 6 septembre 2007
> Par Bernard Wesphael, Député et chef de groupe au Parlement wallon, Marcel Cheron, Député régional wallon et député au Parlement de la Communauté française, Sénateur de communauté
> Thèmes :
> Niveau(x) de pouvoir :Région wallonne

10:56 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/07/2007

Remaniements socialistes : le tour de manège amorcera-t-il enfin le changement ?

Ecolo prend acte des remaniements annoncés ce jour au sein des Gouvernements wallon et communautaire et attend avec impatience de voir les nouveaux Ministres se mettre à la tâche.

S’il félicite chacun des heureux lauréats, Ecolo relève avant toutes choses la détresse des femmes membres de ces Gouvernements qui, lorsqu’elles ne sont pas purement et simplement évincées de leur exécutif, voient leurs compétences amenuisées.

Il est par ailleurs très clair que la nouvelle composition des exécutifs relève plus de comptes d’apothicaires internes entre les fédérations du PS – dont il apparaît clairement que la Fédération du Hainaut ne soit pas la plus mal servie – que d’un réel souci de donner un nouveau souffle à la Région wallonne ou à la Communauté française Wallonie-Bruxelles.

Quoi qu’il en soit, Ecolo attend surtout des engagements sur le fond de la part des futures éminences et souhaite que ces remaniements permettent à chacune des deux entités de revoir fondamentalement son programme de travail, en se concentrant davantage sur des enjeux jusqu’ici sinon oubliés, au moins négligés.

En particulier en Région wallonne, Ecolo attend du nouveau Ministre-Président qu’il fasse des questions d’environnement et de filières d’emploi dans l’économie verte d’une part, des enjeux de gouvernance d’autre part, de réelles priorités stratégiques, plutôt que des axes de marketing politique jamais concrétisés, afin d’entreprendre enfin la rupture nécessaire au redéploiement de la Wallonie.

Ecolo continuera en toute hypothèse à alimenter ces débats, dans le cadre d’une opposition qui restera critique et constructive.

 

Jean-Michel Javaux et isabelle Durant

Secrétaires fédéraux

01:39 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/06/2007

385.466 électeurs pour une Terre + verte et un Monde + juste

58_affiche_merci_200

 

ECOLO est le vainqueur des élections fédérales de ce 10 juin 2007. 12,8 % des électeurs en Région wallonne à la Chambre (15,24 % au Sénat) et 13,89 % des électeurs en Région de Bruxelles-Capitale (15,65 % au Sénat) ont apporté leur soutien à notre projet et à nos propositions pour une Terre + verte et pour un monde + juste. ECOLO réalise de la sorte un redressement tout à fait spectaculaire, augmentant son électorat de l'ordre de 70 % à la Chambre et de l'ordre de 80 % au Sénat.
Fort de ce soutien, ECOLO retrouve une véritable place au sein des assemblées fédérales, en doublant son nombre de députés, de 4 à 8, et en voyant sa représentation au Sénat passer de 2 à 5 sénateurs.
Dans le même temps, ECOLO se réjouit également de la belle performance de Groen! qui reviendra au Parlement fédéral dont il avait disparu suite aux élections de 2003.

Nous tenons à remercier chaleureusement toutes les personnes qui nous ont accordé leur confiance. Nous tenons également à saluer avec sincérité tous les mililants, membres et sympathisants qui ont porté, chacun à leur manière, le projet d'ECOLO et qui ont rendu possible ce résultat magnifique.

Nous mettrons tout en oeuvre pour répondre à cette confiance et à cet engagement.

Jean-Michel Javaux et Isabelle Durant,
secrétaires fédéraux et porte-parole d'ECOLO.

16:31 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Elections : pour que la grenouille ne s’endorme pas !

S’il y a bien une image qui a été retenue du film d’Al Gore, « Une vérité qui dérange », c’est celle de la grenouille qui ne quitte son bocal que lorsqu’on y verse de l’eau bouillante. Si on la tiédit progressivement, elle ne bouge pas et finit par être anesthésiée. Au lendemain des élections législatives belges, cette image peut encore nous inspirer. Dans la Belgique politique de l’après 10 juin, l’enjeu écologique et en particulier l’enjeu climatique semblent noyés quelque part entre la déroute des socialistes, la scission de BHV et la perspective d’une majorité orange-bleue...

Pourtant, il y a urgence ! Nous devons très vite débattre et agir collectivement pour lancer les mesures qui vont faire entrer l’économie belge dans l’ère de la sobriété énergétique et nous libérer des dictatures technologiques héritées du passé... S’imaginer que cela pourra se faire sans un changement fondamental de cap en matière fiscale, économique et sociale est une vue de l’esprit. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer l’écologisation du discours de certains lobbies comme la FEBIAC qui serait sur le point de parvenir à nous faire croire qu’il est possible de réduire de 75 pc nos émissions de Gaz à Effet de Serre tout en vendant de plus en plus de voitures (rappel : il y en a déjà 5 millions en Belgique), même moins polluantes...

On doit bien sûr se réjouir que la protection de l’environnement devienne une préoccupation de la société industrielle et des partis traditionnels, de gauche comme de droite. Mais on ne pourra vraiment s’en réjouir que lorsque notre société aura réduit radicalement son empreinte écologique globale et qu’elle aura cessé de presser les ouvriers, les employés et les cadres comme des citrons... avant de les jeter. La croissance de la Belgique a été de 3% en 2006 et elle sera de 2,5% en 2007. Très bien, se réjouit la Banque Nationale. Pourtant la violette (en ce compris le MR, même si c’est dans une moindre mesure) a été sanctionnée. Pourquoi ? On fera ici l’hypothèse que c’est parce que de plus en plus de citoyens jugent insupportable que cette croissance se fasse au prix d’une insécurisation sociale de plus en plus grande (et du maintien d’un taux de chômage à deux chiffres en Wallonie et à Bruxelles) et sans répondre du tout à l’attente d’un développement réconcilié avec la planète.

Comprendre que les urgences écologiques et sociales sont liées et mettre rapidement en œuvre des solutions originales pour y répondre, restent plus que jamais les tâches prioritaires de tous ceux qui ont envie que la grenouille ne s’endorme pas.

 

Benoit Lechat, ETOPIA

16:25 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/06/2007

MERCI

merci canton Merbes

 

N'hésitez pas à nous contacter pour continuer le combat Ecologiste avec notre équipe  ecolo.erquelinnes@skynet.be   ou 0497/136308

 

Ariane Van Landeghem

Secrétaire de la locale ECOLO d'Erquelinnes

Coordinatrice ECOLO du Canton de Merbes

 

21:24 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/06/2007

"ECOLO est un parti candidat au devoir, pas au pouvoir"

jm et isa

 

Isabelle DURANT

Chers amis,

Voilà une déclaration d’amour qui fait chaud au cœur ! (n.d.l.r. : elle fait allusion au soutien de Maurane)
Des mots qui viennent du cœur et des tripes.
L’engagement passionné d’une femme passionnante !

Que Maurane, sache combien nous sommes touchés par son soutien !

Mes amis, comme elle, nous voulons nous battre pour que les choses changent dans ce pays !

Pour enfin mettre le cap sur une Terre plus Verte et un Monde plus Juste.

Une Terre plus Verte, car nous savons mieux que quiconque combien l’avenir de la Planète et de l’environnement dans ce Pays dépend avant tout de la force de notre famille politique.

Pour que de l’hypocrisie des gentilles déclarations sous le feu des caméras, on passe au courage de l’action dans les enceintes du pouvoir.

Nos priorités sont connues et la charte que nous venons de signer avec nos cousins du Nord du Pays montre combien notre ambition est commune.

L’Union nationale pour le Climat a commencé aujourd’hui, et doit se concrétiser MAINTENANT !

Certes, elle ne se fera pas du jour au lendemain en claquant des doigts. Cela se fera pas à pas. Démocratiquement, mais résolument. En ne se laissant pas dévier du chemin par les intérêts particuliers, partisans ou individuels.

Mais en dialoguant avec chacun, et notamment avec les plus réticents pour que chacun comprenne que ne pas agir sera plus coûteux et dangereux que d’agir maintenant !

Parce que les irresponsables, en 2007, sont ceux qui font croire que vivre comme aujourd’hui pourrait encore durer longtemps.

Nous voulons organiser pour la Belgique une transition écologique.

Une transition, car pour Ecolo, urgence ne rime pas avec précipitation.

Nous avons trop entendu, ces derniers mois, des surenchères médiatiques, de la part des partis traditionnels, sur celui qui dira le plus fort qu’il est d’accord avec Ecolo ou sur celui qui annoncera le chiffre le plus élevé de diminution de gaz à effet de serre.

La transition écologique doit être un programme global, structuré, impliquant tous les acteurs et planifié dans le temps. Le projet que nous avons élaboré s’étale sur 12 ans, au minimum trois législatures.

Il s’agit de faire en sorte que nous passions progressivement d’une économie du carbone fossile et du nucléaire, à une économie intelligente, conviviale et sociale.

Une économie Intelligente : la révolution écologique sera une révolution où il sera fait appel à la recherche scientifique et aux techniques les plus développées. Nous aurons besoin de ressources de nos chercheurs, en particulier ceux qui au quotidien travaillent à l’innovation.

Nous aurons également besoin du savoir-faire de tous les travailleurs, artisans ou entrepreneurs qui sont déjà impliqués dans la mise en œuvre de la transition écologique, dans les secteurs de l’économie verte.

Nous aurons encore besoin de l’expérience de tous ceux qui, parfois depuis des années, sensibilisent à la prise en compte de cette nécessité, dans les écoles ou au sein des associations.

Une économie conviviale : la révolution écologique sera décentralisée, à l’échelle des groupes locaux, en tablant sur le dynamisme des communautés locales et des PME. Décentralisée également dans le mode de production d’énergie.

Les énergies renouvelables non seulement elles ne polluent pas, mais qui plus est elles peuvent se développer en dehors de la tutelle des groupes énergétiques multinationaux qui maintiennent à des prix artificiellement élevés le prix de notre énergie au quotidien. Une meilleure régulation du prix de l’énergie passe par la décentralisation et la valorisation du travail des PME et des collectivités locales !

Une économie sociale, enfin, car la révolution écologique permettra de développer les centaines de milliers d’emplois dont la Belgique a urgemment besoin. La révolution écologique tiendra compte des capacités de chacun dans la réalisation des objectifs.

Elle se fera avec les partenaires sociaux dans l’esprit de la concertation sociale qui est tellement importante dans notre pays et sur laquelle nous avons bâti tellement de progrès.

Elle se fera en débattant démocratiquement avec les parlements et les associations qui siègent au Conseil Fédéral du Développement Durable

Elle se fera dans le cadre d’une réforme fiscale rendant les choix écologiques accessibles à tout le monde, en commençant par les personnes à bas revenus et en se montrant équitable entre les citoyens. . Nous voulons avec Groen ! être ambitieux et réalistes en prenant aujourd’hui dix engagements pour sauver le climat à partir de notre petite Belgique.

Cette charte que nous venons de signer, elle traverse les frontières régionales et linguistiques belges pour aller au-delà.

C’est la contribution dont nous voulons pour notre pays, pour qu’il assume sa responsabilité Planétaire à l’égard des générations futures.

Nous voulons dire à Groen ! et à tous les citoyens Flamands qu’il y a en Wallonie et à Bruxelles, une autre Wallonie et une autre région de Bruxelles que celles que nous donnent à voir l’actualité.

Il y a de plus en plus de citoyens qui sont pour le vrai progrès et la vraie solidarité. Qui ne se cramponnent pas au clientélisme ou à l’individualisme comme seul horizon politique.

Qui veulent faire leur part du chemin, chez eux ou dans leur entreprise, mais qui en attendent autant de la part des pouvoirs publics. Ils attendent les règles, les signaux, les indications.

Déterminer ces règles, donner les signaux et les indications, mettre en œuvre, avec eux, la modernisation écologique, c’est faire avancer la modernisation démocratique, économique et sociale de nos régions. Evelyne en sait quelque chose dans les projets qu’elle a entrepris.

Nous devons être forts pour que les choses avancent. Réellement. Rapidement.

Pour que toute la classe politique soit sans cesse au même niveau de conscience que lorsqu’elle vient de voir le film d’Al Gore… (sauf pour ceux qui font le trajet en hélicoptère !)

La Charte que nous vous proposons aujourd’hui c’est la base d’un programme d’actions complet, qui nécessitera énormément de détermination, d’intelligence et de courage. Pour mettre ce programme en œuvre, nous sommes prêts à prendre nos responsabilités.

Comme nous l’avons dit, nous sommes candidats au devoir, nous sommes candidats à faire bouger les choses pour initier cette transition écologique. Avec Groen !, nous sommes prêts à aller dans le gouvernement pour faire avancer ce projet. Dans un gouvernement qui aurait pour priorité une vraie réforme écologique de l’Etat et de la société. Pas une réforme institutionnelle dans laquelle la Belgique perdrait encore tellement d’énergie.

Nous savons que ce sera difficile, que la violette a vidé les caisses.

MM. Reynders et Verhofstadt ont multiplié les cadeaux fiscaux aux multinationales et aux nantis, et ils aimeraient bien pouvoir boucher les trous qu’ils ont creusés avec de nouvelles taxes faussement appelées écologiques.

Mais en quatre ans, la violette n’a rien fait pour l’environnement. Comme l’a récemment dit Jean-Marc, ce Gouvernement n’était pas contre-nature, il était d’abord et avant tout contre la Nature !

Il faudra donc prendre des mesures courageuses, rapidement. Pour assurer l’avenir de la solidarité et pour mettre tout de suite la Belgique sur la bonne voie de l’écologie. Nous n’avons pas d’autre choix que de le faire démocratiquement. Car si tel n’est pas le cas, ce sera la Nature qui se chargera de nous l’imposer.

Et croyez-moi, il n’est pas encore né celui qui négociera avec le Gulf Stream ou l’anticyclone des Açores !

Agissons donc démocratiquement avec de nouvelles formes de participation. Pour mettre tout de suite la Belgique sur la bonne voie de l’écologie et pour assurer aussi et en même temps l’avenir de la solidarité. L’avenir des solidarités que nous avons discutées avec Anne Demelenne, Christian Dhanis, Arnaud Zacharie et d’autres le mois dernier à Mons.

Une solidarité qui fera qu’on trouvera les écologistes pour défendre autant le présent et l’avenir des jeunes, que celui des parents et grands parents, les 3 et souvent 4 générations d’ici.

Une solidarité qui nous amènera à soutenir, ici, le droit à des critères clairs pour une régularisation des sans papiers, le respect des droits de l’homme, la suppression des centres fermés.

Une solidarité qui nous fera contribuer inlassablement à la recherche des voies de la paix au Moyen Orient, au Darfour, au Congo et ailleurs.

Un plan national climat, une approche de développement durable, n’auraient aucun sens s’il n’incluait pas ces solidarités, renforcées, renouvelées, élargies.


Jean-Michel JAVAUX

Chers amis,

Isa vient de vous le rappeler, Ecolo se bat depuis plus de 25 ans pour une Terre plus Verte, et un Monde plus Juste. Pas 25 jours, 25 ans.

Nous savons toutes et tous qu’il est indispensable d’agir maintenant pour nous permettre à tous de garder les deux pieds sur Terre. La tète dans les étoiles et les pieds sur terre, car nos utopies d’il y a 30 ans sont devenues les nécessités d’aujourd’hui et de demain. Et nous voulons réussir cette transition écologique avec les citoyens.

Certains essaient de distiller dans la population des mensonges éhontés ou des chimères pour essayer de conserver des suffrages dits « utiles », comme si nous étions en France ou en Grande Bretagne dans un scrutin majoritaire, ou comme si on devait élire un président de la République...

Ainsi par exemple, nous serions prêts à nous jeter dans les bras des libéraux. Mais à qui profite le crime de cette rumeur ? Et qui peut y croire sincèrement ?

Tout Ecologiste que je sois, j’ai envie de tordre le cou à 2 canards boiteux en même temps.

Commençons donc par le canard bleu.

Au-delà des divergences profondes entre 2 programmes différents, le leur centré sur la défense de l’individualisme et des grands groupes financiers, le nôtre, centré sur la solidarité au cube et une économie de projets, durable ; qui peut croire sincèrement que nous allons privilégier un partenaire qui, dans le cadre d’une démarche associative visant à confronter les partis politiques aux revendications des 40.000 signataires du pacte écologique ne prend même pas la peine de répondre aux 36 questions, traite ces associations indépendantes, d’obscurantistes et nous explique sans cesse qu’il est d’accord sur les objectifs à atteindre mais pas sur les moyens ?

Comme si nous allions réussir ce fabuleux défi climatique en faisant un petit peu plus de la même chose ? Le MR devrait se rendre compte que l’environnement est un enjeu qui se gère transversalement, avec des outils comme la justice, l’enseignement ou les finances. Dans une démarche de développement durable.

Mes amis, la Planète Bleue du MR c’est comme son libéralisme social : ce sont de grandes impostures débouchant toutes deux sur des impasses majeures !

Mais il n’y a pas que le canard bleu qui boîte ! Il y a aussi un canard rouge ! Le PS, qui, après avoir découvert l’écologie à 44 jours des élections, essaie de nous donner des leçons de justice sociale !

Pouvez vous m’expliquer où est la Justice sociale, quand dans un gouvernement socialiste-libéral on décide d’adopter un Pacte CONTRE les générations en privant les victimes de restructurations de la possibilité de partir à la prépension ?

Où est la Justice sociale quand on prive les demandeurs d’emplois du droit au minimum pour vivre alors qu’on n’a pas d’emploi à leur offrir ? Quand on oppose jeunes travailleurs et travailleurs plus âgés ? Et que plutôt que d’accompagner les chômeurs, on décide de les pourchasser, quel que soit le contexte économique de la région ?

Investir dans la formation tout au long de la vie, relever les minimas sociaux et relever les salaires les plus bas en permettant durant 5 ans de conserver les avantages octroyés lorsque l’on bénéficie d’allocations de remplacement. Voilà comment nous lutterons contre les pièges à l’emploi et créerons de l’emploi. C’est comme cela que nous marquerons la différence entre le salaire et une allocation pour ne pas appauvrir les plus fragilisés.

Et nous voulons une vraie liaison de ces allocations et pensions au bien être !

Nous, on ne raconte pas d’histoires aux pensionnés. On ne leur dit pas qu’avec 300 millions d’euros on augmentera leurs pensions de 12%. Ce n’est pas vrai ! Car quand on gratte un peu, on découvre que l’inflation est aussi comprise dans ces 12%. En fait, avec les 300 millions que le PS propose, on les augmenterait d’à peine 1,1% par an, ce qui est bien moins que la croissance économique.

Et ça, ce n’est pas le progrès pour tous, mais le décrochage pour tous !

Mes amis,

Où se trouve la Justice sociale, quand vous voyez que dans les 135.000 emplois créés sous cette législature, il n’y a que des emplois précaires ou à temps très partiels qui frappent une nouvelle fois l’emploi féminin et l’emploi des moins qualifiés de plein fouet ? Pourtant, il y en a eu des milliards de réduction de charges. 6 très exactement mais avec très très peu de résultat sur le taux d’emploi.

Ecolo est persuadé que nous pourrons beaucoup mieux utiliser l’argent public et créer de l’emploi relocalisé chez nous en ciblant ces réductions de charges, en investissant 1 milliard € dans la Recherche & Développement, 4 milliards € dans l’efficacité énergétique et 6 milliards € en tout dans notre Union Nationale pour le Climat, qui convainc de plus en plus d’observateurs attentifs !

Et où est la Justice tout court quand des milliers de sans-papiers présents sur notre territoire se retrouvent enfermés dans des centres fermés avec femme est enfants ? Qu’ont-ils donc fait de mal pour qu’on les traite encore pire que des prisonniers dans les quartiers de Haute sécurité ? Avec les écologistes, le gouvernement avait régularisé les sans-papiers. Sans les écologistes, socialistes et libéraux ont préféré régulariser l’argent sale.

Ecolo ne veut plus un seul enfant enfermé dans ces centres ! C’est une honte sans nom. Et si l’électeur nous en donne la possibilité, ces centres fermés porteront bien leur nom : parce qu’on les fermera !

Alors, excusez-moi mais les leçons de progressisme de la part de gens pratiquant en permanence le grand écart entre les paroles et les actes, à d’autres !

Des exemples d’acrobaties de ce genre, je pourrais vous en citer à la pelle. Mais il ne faut surtout pas en parler : c’est une vérité qui les dérange !

Moi, ce qui me dérange et à vrai dire me révolte, c’est de recevoir des leçons de partis traditionnels qui ont une grande part de responsabilité dans l’impasse économique et écologique actuelle, et de voir la Wallonie sombrer dans le chaos de la malgouvernance de façon répétée. L’heure de la rupture a sonné pour tous les démocrates qui souhaitent construire des lendemains plus sains, sans se réveiller avec la gueule de bois de l’extrême droite.

Que les Présidents prennent enfin leurs responsabilités, que les maux du clientélisme, des cumuls/conflits d’intérêt, des baronnies et des sous-régionalisme soient combattus à la racine : par des décrets appliqués et non pas virtuels.

Que les Carolos puissent de nouveau être fiers de leur ville le plus rapidement possible.

Dès lors, prends aussi tes responsabilités, ma très chère Joëlle, toi qui disais vouloir faire de la politique autrement, toi qui nous parlais de tornade éthique, jusqu’ici nous n’avons vu qu’un tout petit ventilateur en panne. Tu agis pour l’instant comme ce bon vieux PSC, scotché contre vents et marées au parti dominant avec la Rue de la Loi comme seul horizon.

C’est une des différences majeures entre toi et nous : le PSC/CDH est un parti qui a soif de pouvoir. Ecolo est avant tout un parti obsédé par le devoir !

Chers amis,

7 jours nous séparent du grand jour.

Ecolo arrive les mains libres aux élections. Très confiant en son programme, ancré dans ses valeurs, et très fier de la qualité de nos candidats, qui séduisent dans tous les débats.

Et à tous ceux que la politique n’intéresse plus,
A tous les Belges qui hésitent,
A tous les parents qui veulent donner un avenir à leurs enfants,
Comme aux grands-parents à qui personne n’a parlé dans cette campagne, mais qui sont soucieux de l’avenir de leurs petits enfants et arrière petits enfants,

Je veux leur dire du fond du cœur qu’il y a une urgence planétaire que tous les scientifiques au Monde s’accordent à reconnaître. Une urgence face à laquelle nous n’avons d’autre choix que l’action concrète et efficace. Dès aujourd’hui, pas demain.

Cette urgence, cette évidence, c’est que nous devons sauver l’avenir de la Planète et de ses habitants ! Vaste mission que nous devrons accomplir sans Superman et Superwoman, mais en y associant tous les citoyens du Monde.

Donner à nos enfants comme à nous-mêmes la chance de grandir dans un Monde qui se respecte et qui respecte ses habitants. C’est cela que propose Ecolo depuis 26 ans. C’est cela que les Verts mettront en œuvre dès le lendemain des élections.

Avec les citoyens de maintenant car dans quelques années, ce sera infiniment plus cher et douloureux.

Aujourd’hui, je ne veux pas vous promettre du sang et des larmes mais de nouvelles opportunités et du plaisir à les réaliser dans la convivialité.

Nos propositions ont été validées par des associations et des experts. Avec un bulletin de 80%, nous obtenons la grande distinction ! Elles sont de loin les plus crédibles, les plus réalistes et surtout les plus efficaces.

Mais pour passer du papier à la réalité, il y a une condition : nous avons besoin de votre vote pour faire la différence !

Pour donner à ce pays des perspectives d’avenir, pour donner à ses ouvriers et ses salariés des emplois de qualité qui durent malgré la concurrence, pour donner à ses indépendants et ses entrepreneurs un cadre d’initiative avec les conditions pour réussir leur projet, et faire vivre leurs familles, pour offrir à ses jeunes autre chose qu’un avenir bouché ou une société de l’indifférence, pour rendre à ses pensionnés le droit d’enfin vieillir dignement, avec des pensions revalorisées à hauteur de la croissance économique et pour qu’enfin ceux qui vivent dans la misère, les souffrances et l’indifférence d’une société du tout au fric, soient enfin pris en main et puissent se relever plutôt que de les abandonner dans l’exclusion.

Pour mettre tout cela en œuvre nous avons besoin de plus que de votre sympathie. Nous avons besoin de votre soutien, et donc de votre vote !

Le 10 juin, votez pour la seule liste qui travaille pour l’avenir depuis 26 ans. Pour le seul parti qui dit vrai en toutes circonstances, même quand c’est difficile. Pour des femmes et des hommes intègres et visionnaires, qui veulent vous émanciper sans vous dominer.

Le 10 juin, votez utile et nécessaire, votez pour une Terre plus verte et un Monde plus Juste ! Votez Ecolo !

Ce Pays a besoin de vous, et il a besoin de nous, Maintenant !

Bonne fête de l’environnement à toutes et à tous !

09:12 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/06/2007

lettre à mon terroir (Erquelinnes, Estinnes, Merbes Le Chateau)

Madame, Monsieur

 

Comme vous le savez tous, les élections fédérales se dérouleront ce 10 juin 2007 prochain.

 

Je serai candidate pour votre terroir, mon terroir et je défendrai  au mieux notre région, et ce  par mon investissement au niveau du parti ECOLO qui me semble le seul parti proposant des idées à longs termes et durables dans les domaines de l’environnement du social et de l’économique.

ECOLO propose 10 priorités émanant des 500 propositions de son programme (programme complet disponible sur demande, coordonnées ci-dessous) :

 

Environnement

·          Mettre en œuvre une Union nationale pour le climat

·          Mobiliser 4 milliards pour rendre le parc immobilier belge énergétiquement plus efficace au profit de tous

·          Investir pour augmenter l’offre et le confort des transports en commun

·          Rendre les choix écologiques moins chers

Économie et solidarité

·          Doper la création d’emplois durables

·          Augmenter les prestations sociales, en particulier les allocations familiales et les pensions en commençant par les plus basses

·          Soutenir les personnes et les familles en cas d’accidents de la vie

Démocratie et vivre ensemble

·          Adopter et appliquer un Plan Marshall de la transparence et des pratiques politiques

·          Définir enfin une politique migratoire fondée sur des critères clairs, objectifs et transparents et promouvoir une meilleure gouvernance démocratique mondiale

·          Bien vivre ensemble, dans le respect et la sécurité

 

Comme le dit notre ancien président, Jacky Morael, le développement durable est un tabouret à 3 pieds (environnement, social, économique), si un pied est plus petit ou inexistant, le tabouret « se casse le gueule », il faut donc travailler dans les 3 domaines à la fois pour l’avenir.

 

L’avenir….Quoi de plus normal que de penser à l’avenir de nos enfants !

En tant que maman et enseignante, je me suis demandée comment arriver à faire bouger les choses. Et pourquoi ne pas m’investir en politique ! Ne pas attendre mais agir...Depuis 8 ans, je participe activement chez ECOLO.

Les adultes de demain ont droit à une sécurité sociale ren­forcée, un environnement sain et à un enseignement accessible à tous. Ne pas perdre ce que les générations passées ont obtenus en droits sociaux et en liberté. Laissons un avenir à nos enfants.

 

En votant le 10 juin 2007. Il est temps de défendre ces valeurs.

 

Ariane Beeckman - Van Landeghem

Secrétaire locale ECOLO d’Erquelinnes

9ème suppléante à la chambre

GSM : 0497/136308

E-mail : Ariane.vanlandeghem@skynet.be

http://ecoloerquelinnes.skynetblogs.be/

19:01 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/05/2007

Pacte écologique belge: Ecolo en tête, MR bon dernier

Belga) Ecolo arrive largement en tête des cotations données par les associations initiatrices du Pacte écologique en Belgique avec un résultat global de 80 pc. Le cdH et le PS se tiennent de près avec respectivement 55 pc et 47 pc. Le MR est, quant à lui, bon dernier avec 15 pc.
Pacte écologique belge: Ecolo en tête, MR bon dernier

Dans le sillage de Nicolas Hulot en France, ces associations, parmi lesquelles on retrouve Inter-Environnement, le WWF ou Greenpeace, ont lancé le 21 mars un Pacte écologique belge fort de 36 mesures. L'objectif de la démarche est de placer la question de l'environnement au coeur des débats.

Les partis politiques ont été interpellés et ont fourni leurs réponses que les associations ont ensuite analysées. Elles ont rendu publiques leurs cotations lors d'un "Grand Oral" des présidents de parti organisé jeudi au Théâtre du Parc à Bruxelles. Les représentants politiques présents ont diversement apprécié. "Cela m'a fait penser au concours Eurovision de la chanson avec, à chaque fois, la Belgique à la dernière place", a souligné le président du MR, Didier Reynders. (GFR)

Photo EPA: Nicolas Hulot

14:14 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/05/2007

Ecolo, l'alternative démocratique

On vous dit : ''Ecolo, c'est comme les autres'' ou ''Ecolo, c'est trop compliqué'' ou ''Ecolo, c'est des taxes en plus'' ou ''Ecolo veut fermer les usines'', etc... c'est faux ! vérifiez vous-mêmes en lisant ces pages.

L'écologie politique, ce n'est pas seulement un programme politique. C'est d'abord une philosophie politique.

Parce que l'Homme fait partie du monde du vivant, il a besoin d'une nature respectée pour s'épanouir. Parce qu'il est le fruit d'une évolution millénaire, il a besoin de respecter ce que ses prédécesseurs ont bâti. Parce qu'il s'est affranchi de sa condition ''animale'', il a besoin d'un environnement culturel enrichissant. Parce que les relations avec ses semblables sont importantes pour son épanouissement, il a besoin d'un environnement social riche.

Bien sûr, aucune politique n'est capable à elle seule d'apporter le bonheur que cherchent les hommes et les femmes. Mais elle doit en organiser les conditions.

Milieu naturel, milieu bâti, milieu culturel et milieu social doivent donc être les bases de toute politique et seront les préoccupations essentielles du programme d'ECOLO.

Tous les programmes politiques ne se ressemblent pas, contrairement à ce qu'on entend parfois, puisque nous ne mettrons pas en avant le tout à l'économique, la croissance à tout prix, la compétitivité, la libre concurrence, la libre circulation des marchandises, etc...

Nous sommes bien entendu convaincus que personne ne peut vivre dans la dignité sans revenus suffisants.

Mais nous sommes aussi convaincus qu'il s'agit d'abord, dans nos pays industrialisés, d'une question de juste répartition qui passe par un partage des richesses créées, des emplois disponibles, des responsabilités publiques, par la valorisation des capacités de chacun, etc...

Ni la commune ni la province ne peuvent évidemment à elles seules créer un ''monde idéal''. Mais elles peuvent toutefois, à leur niveau, prendre des mesures concrètes qui s'inspirent de cette philosophie.

 

Priorités du programme ECOLO pour les elections fédérales du 10 juin 2007 :

http://web4.ecolo.be/spip.php?article93

 

11:14 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/05/2007

distribution militante à BINCHE

C'est dans un cadre nouvellement rafraîchi, qu'a eu lieu la foire aux fleurs sur la place de la gare de Binche, ce 6 mai 2007.

Notre équipe composée d'Ariane, de Luc, de Marie-Claire, D'yves et d'Ingrid en a profité pour expliquer les différents points de notre programme.

 

 

Ariane Binche

notre secrétaire en plein "travail"

08:54 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La liste Ecolo au Sénat : Russo, Morael et... Leterme

BOUILLON,PIERRE

L e congrès de Mons a été l'occasion de présenter l'entièreté de la liste Sénat d'Écolo. L'événement a été marqué par deux moments forts : la montée à la tribune de Carine Russo (14 e effective) et Jacky Morael (15 e effectif).

« Je me sens bien !, a lancé la maman de Mélissa, disant se sentir chez elle auprès des verts. J'y représente cette société civile qui n'a pas toujours été entendue par le politique. » Ému, Morael l'était autant. Ancien secrétaire fédéral, le Liégeois signe son retour en politique après plusieurs années d'absence. La coupure avait eu lieu à l'assemblée générale de juillet 1999, quand une aile du parti, menée par le désormais PS Henri Simons, l'empêcha de devenir ministre fédéral (Isabelle Durant dut prendre sa place).

Quelques mois plus tard, éprouvé, Morael quittait la direction du parti. « Vous êtes ma famille », a-t-il dit aux siens, hier. Avant de prouver aussi sec qu'il a gardé tous ses crocs : « Écolo n'a pas pour vocation de donner des leçons. Ni d'en recevoir d'Elio Di Rupo. Comme à chaque élection, il tente de retrouver une virginité et se pose en seul détenteur des valeurs progressistes. Il y a deux types de gauche. Il y a une gauche conservatrice, clientéliste et affairiste. Et il y a une gauche solidaire, émancipatrice - c'est nous. »

« La fonction fait l'homme »

La liste Sénat est menée par Isabelle Durant (secrétaire fédérale). Suivent : José Daras (ex-ministre), Marie-Thérèse Coenen (ex-députée), Michel Guilbert (ex-député), Laurence Lambert (élue provinciale à Namur), Luc Parmentier (chef de groupe à Charleroi), Mathilde Collin (ex-présidente de la FEF), Ahmed arton2Moussim (élu à St-Josse), Sylvie Sarolea (avocate engagée dans la cause des sans-papiers), Gianpietro Favarin (sidérurgiste). Côté suppléants : Benoît Helllings, membre fondateur d'Écolo-J, est premier. Notons la présence de l'avocat Gilbert Demey (candidat d'ouverture) et de Bob Kabamba : en 2003, casé à la 2 e effective, il avait failli être le premier sénateur d'origine congolaise. Désormais président du CPAS de Dour, il est 9 e suppléant.

08:50 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L'engagement de Carine Russo pour la justice sociale et l'écologie

 

Le combat pour la justice sociale avec en plus la défense de l'environnement sont les deux éléments avancés par Carine Russo pour justifier son engagement chez Ecolo. Elle précise d'ailleurs qu'elle ne pouvait envisager un engagement en politique que chez Ecolo.

Combat social
Celle qui s'est fait connaître parce qu'elle est la maman de Mélissa, une des victimes de Marc Dutroux, a expliqué ce mardi lors d'une conférence de presse les raisons pour lesquelles elle avait accepté de figurer à la 14e et avant-dernière place de la liste d'Ecolo pour le Sénat lors des élections du 10 juin. "Ecolo a un slogan: 'Une terre plus verte pour un monde plus juste'. Moi, je voudrais l'inverser car la justice sociale est pour moi un préalable. L'écologie ne peut se penser sans justice sociale sinon on aurait une écologie à deux vitesses", a-t-elle souligné. Et d'insister : "Mon combat est d'abord un combat social et puis vient évidemment l'écologie qui est très importante pour l'avenir".

Avenir écologique
Mme Russo a reconnu avoir eu une certaine rancoeur à l'égard du monde politique. "Mais, Gino (son mari) et moi n'avons jamais été contre les politiques. Au contraire, nous avons toujours essayé de les pousser à agir et à réagir dans le bon sens", a-t-elle expliqué. Elle a aussi dit ne pas vouloir faire de la Justice un de ses sujets privilégiés de préoccupation. "Cela me ramènerait trop vite et trop fort à une période très douloureuse de ma vie", a-t-elle indiqué. Mme Russo a aussi dit qu'elle n'avait actuellement pas d'activité professionnelle. "Nous avons passé les deux dernières années à reconstruire notre vie familliale, mon mari, mon fils et moi-même après les 10 années de folie que nous avons connus", a-t-elle expliqué, soulignant qu'elle était certes la maman de Mélissa mais aussi celle de Grégory, un garçon qui a aujourd'hui 22 ans.

Réticence
Sur l'aspect médiatique de sa candidature, elle a reconnu que c'était la dernière réticence qu'elle avait dû vaincre avant d'accepter l'offre d'Ecolo. Mais cela ne la dérange finalement pas trop s'il s'agit d'être "utiliser pour être utile", a-t-elle ajouté. Les secrétaires fédéraux d'Ecolo, Jean-Michel Javaux et Isabelle Durant, et le sénateur Josy Dubié, qui entouraient Carine Russo, ont souligné l'importance de l'engagement de celle-ci. "Elle apporte sa sincérité. C'est de l'oxygène en politique. Elle dit qu'Ecolo est un parti qui lui ressemble. Nous allons essayé de lui ressembler et sortir un peu de notre potopoto", a dit M. Javaux. Les dirigeants d'Ecolo assument l'aspect médiatique de la candidature "car ces élections sont très importantes pour l'avenir de la planète", a encore dit Jean-Michel Javaux ajoutant que les plus démunis étaient les premières victimes des dérèglements climatiques.

Il a aussi souligné que le Conseil fédéral d'Ecolo, sorte de parlement des verts francophones, avait accepté à l'unanimité la venue de Mme Russo qui est une candidate d'ouverture. Celle-ci se trouve sur la liste à une place de combat et refuse actuellement de parler de son avenir politique. "Je vis au jour le jour. Ma décision d'accepter de figurer sur la liste date de deux jours", a-t-elle indiqué. (belga)

08:48 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/05/2007

Quads trop rapides et bruyants ? DH du 10-05-2007

Interpellé par des riverains agacés, Ecolo déplore le vide juridique 
autour de ces engins

ERQUELINNES Dimanche dernier, une randonnée du Thuillies quad team a  réuni 150 participants pour une virée de 120 km jusqu'en France. La colonne de véhicules, à mi-chemin entre voiture et moto, a eu le don d'agacer certains riverains d'un quartier tranquille de Montignies- saint-Christophe, dans l'entité d'Erquelinnes. "Nous sommes fréquemment dérangés le dimanche", explique Françoise Caty, une habitante du chemin de la Drève, mais ce jour-là, dès 8 heures du matin, ça n'arrêtait plus".
Après avoir arrêté le convoi et tenté de raisonner les conducteurs,  Françoise et son mari décident de garer leurs deux voitures au milieu  de la chaussée, afin de créer une chicane et freiner le passage. "J'ignore à quelle vitesse ils roulaient, mais elle me paraissait excessive dans une rue si étroite. Ils n'auraient jamais pu s'arrêter devant un enfant en tout cas, sans parler des nuisances sonores".
Appelés pour arbitrer le conflit, deux agents de la police locale ont ordonné de déplacer les voitures, qui entravaient la circulation, mais auraient refusé de prendre la déposition des riverains, prétextant une intervention plus urgente. "Une enquête administrative est en cours", assure le chef de corps de la zone Lermes, Éric Moulard.
De leur côté, les organisateurs soulignent qu'ils ont obtenu l'autorisation de la Ville de Thuin, d'où démarrait la randonnée, mais que rien ne les obligeait à avertir les communes traversées. "Les pilotes ont tous signé une charte de bonne conduite. Mais impossible pour nous de surveiller les éventuelles infractions au Code de la route", précise le président du club.
Interpellées par les riverains, les locales Ecolo d'Erquelinnes et de Thuin déplorent le vide juridique autour des quads, "que ce soit en matière de normes de bruit, de limitation de vitesse dans les chemins agricoles et les petites voiries" et demandent un "renforcement des contrôles techniques pour éviter toute modification de ces véhicules". Ils comptent aussi interpeller les bourgmestres de Thuin et d'Erquelinnes (Paul Furlan et David Lavaux) afin "de ne plus  autoriser les randonnées de véhicules à moteur si le parcours 
emprunte des quartiers résidentiels". Autre souhait des Verts : généraliser l'interdiction aux véhicules motorisés (convois agricoles exceptés) dans le maximum de petites voiries.

E. R.

22:34 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/05/2007

Et la sécurité des riverains ???

Randonnée Quad de ce dimanche 6 mai de Thuillies à …

 

    Nous avons été interpellés par une riveraine du Chemin de la Drève à Montignies saint Christophe (Erquelinnes). Celle-ci s’est étonnée, ce dimanche matin, de voir passer plus de 100 quads dans sa rue d’habitude si tranquille.

    Renseignements pris, même si aucune autorisation n’est nécessaire pour ce genre de randonnée hors zone forestière (décret Lutgen), les organisateurs avaient pris la peine de signaler l’événement à l’administration de Thuin et à la zone de police de la région de Thuillies. Les autres communes dans lesquelles passait la randonnée (de plus de 100 Km) n’avaient pas étés mises au courant.

 

   Nous nous associons aux riverains du Chemin de la Drève :

 

   - pour condamner le comportement de certains pilotes qui ont oublié de respecter le

   code de la route et roulaient à vive allure dans une zone résidentielle limitée à 50km/h,

   mettant en danger les habitants du quartier et leurs enfants (malgré le code de bonne

   conduite signé par tous les pilotes au départ)

   - pour déplorer les choix des organisateurs de faire passer + de 100 quads dans un quartier

   résidentiel sans tenir compte de la sécurité et des nuisances sonores.

   - pour constater le vide juridique concernant les quads, que ce soit en matière de normes

   de bruit, de limitation de vitesse dans les chemins agricoles et les petites voiries ainsi que

   du renforcement des contrôles techniques pour éviter toute modification de ces véhicules 

   pouvant circuler sur la voie publique

   - pour enfin déplorer le manque de tact de la police locale de la zone LERMES qui a pris le

   temps de déplacer les véhicules privés des riverains placés pour ralentir la vitesse des

   quads MAIS qui n’a pas pris le temps de prendre la déposition des riverains se plaignant 

  de la vitesse excessive des quads dans leur rue et prétextant une autre intervention plus

  urgente (même si les effectifs sont réduits le week-end). 

 

  Nous interpellerons par courrier le bourgmestre d’Erquelinnes, M. Lavaux ainsi que celui de Thuin, M. Furlan en leur demandant :

 

   - de ne plus autoriser les randonnées de véhicules à moteur si le parcours emprunte des quartiers résidentiels

   - de prendre des arrêtés de police et de placer des panneaux F99 afin d’interdire le passage des véhicules motorisés (exceptés les convois agricoles) sur les petites voiries où cela est possible.

   - de demander à la police locale de tenir compte des plaintes des riverains quand la sécurité est mise en cause et que la loi n’est pas respectée.

 

La liberté des uns s’arrête où commence celle des autres

 

 

Ariane VAN LANDEGHEM

Secrétaire de la locale ECOLO d’Erquelinnes    

Coordinatrice terroir Erquelinnes, Estinnes, Merbes Le Château

 

12:36 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/05/2007

Si j’étais français...

> Publié le vendredi 4 mai 2007
> Par Jean-Michel Javaux, Secrétaire fédéral

Si j'étais français...

 

Si j’étais français, en citoyen viscéralement attaché au pluralisme et à la démocratie, je me battrais pour instaurer une sixième république et réformer le système présidentiel français, de loin le moins démocratique de tous les systèmes politiques européens ! Et j’en profiterais aussi pour remplacer, par la proportionnelle, le scrutin majoritaire qui conduit à l’opposition stérile entre blocs et au partage des rentes de situation entre les vieux partis qui la dominent depuis des décennies et bloquent ainsi toute perspective de réforme sérieuse de la société.

Si j’étais Français, je militerais pour supprimer les pouvoirs démesurés dont dispose aujourd’hui le président de la République française : il peut dissoudre le parlement, son budget n’est pas soumis au contrôle parlementaire, il dispose d’une immunité juridique qui le met à l’abri de toute poursuite. Sa soit disant impartialité est une fiction. Sa patiente marche vers le pouvoir suprême ne peut se faire sans l’appui d’un parti auquel il doit ensuite renvoyer l’ascenseur. Et que dire quand un candidat comme Nicolas Sarkozy entretient des liens privilégiés avec des groupes privés qui vivent de marchés publics et qui contrôlent directement ou indirectement les médias.

Si j’étais français, je combattrais toute tentative de « berlusconisation » de la vie publique, à savoir d’emprise du politique sur les médias. Car nous savons bien que le pluralisme et la vitalité démocratique, n’existent pas sans médias réellement indépendants. En démocratie, le progrès ne vient jamais d’un seul homme, fut-il providentiel. Il ne vient pas non plus d’une seule organisation politique. Les écologistes ont appris qu’on n’a jamais raison tout seul, que rien de durable ne peut être construit sans le dialogue, le débat et la participation démocratique.

Si j’étais français, je combattrais donc les tentatives de confiscation de la pluralité démocratique et je dirais aux Belges de se méfier comme de la peste des velléités de ceux qui rêvent d’introduire en Belgique un scrutin majoritaire à la française. Sous le couvert d’une plus grande transparence, ils espèrent en réalité verrouiller définitivement leur emprise sur la vie politique. A leur grand bénéfice partisan. Mais au détriment du progrès, de la justice sociale, de l’émancipation de chacun et du développement durable.

Si j’étais français, j’agirais pour que les Verts français incarnent comme d’autres partis verts en Europe, la force moderne, réformatrice et de progrès dont nos sociétés ont besoin au XXIème siècle. Parce que sans partis verts forts et ouverts sur toute la société, les partis traditionnels restent englués dans leurs vieux intérêts et ne mettent pas en œuvre les politiques courageuses dont la planète a urgemment besoin.

Si j’étais français, je militerais aussi pour que mon pays redevienne un moteur de la construction européenne et du combat pour les valeurs universelles de liberté, d’égalité et de fraternité, loin de la culture de la peur sur laquelle le candidat Sarkozy tente aujourd’hui de capitaliser. J’apporterais donc mon appui à Ségolène Royal, en surveillant attentivement ses engagements pour une réforme des institutions garantissant la richesse de la vie démocratique sans laquelle, aucune politique écologique n’est possible.

Jean-Michel Javaux, secrétaire fédéral d’Ecolo.

23:04 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/04/2007

Les Priorités de campagne d’ECOLO pour les élections du 10 juin 2007

Une terre plus verte pour un monde plus juste

Une terre plus verte pour un monde plus juste

ECOLO présente ses priorités de campagne pour les élections du 10 juin 2007. Ces propositions sont ancrées dans la conviction que l’écologie et la lutte pour la justice sont intimement liées. Sauvegarder l’écosystème terrestre, c’est sauver la possibilité d’un monde juste pour tous ses habitants présents et à venir

 

La suite de cet article : http://web4.ecolo.be/spip.php?article93

16:27 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Livre JM Javaux

 

Merci pour vos enfants !

jeanmi

Réussir la transition écologique, avoir enrayé le dérèglement climatique d’ici trois législatures, en adoptant dès le lendemain du 10 juin 2007 une Union nationale pour le Climat, c’est la proposition qu’ECOLO a formulée il y a quelques semaines. Pour la populariser, Jean-Michel Javaux a pris la plume, proposant un livre préfacé par Jacky Morael, tonique et dynamique. Expliquant et illustrant cette option d’avenir essentielle.

Quel est l’impact du réchauffement climatique dans le monde et en Belgique ? Comment assurer un avenir à nos enfants voire aux générations actuelles ? Quelle réponse politique apporter à ce défi majeur pour que notre société évolue dans le sens de l’écologie et de la durabilité ?

Dans ce livre, Jean-Michel Javaux démontre que nous pouvons construire ensemble un avenir pour tous en assurant à chacun davantage de qualité de vie, d’émancipation, d’emplois, de respect de l’environnement, d’opportunités économiques durables et de justice sociale.

Pour ce faire, ECOLO propose à la Belgique une « Union nationale pour le Climat » qui mobiliserait tout le pays jusqu’en 2020 autour d’un vaste et créatif programme de diminution d’émissions de gaz à effets de serre et autour du développement d’une nouvelle économie sans carbone.

Au travers de dix voyages au pays de l’écologie quotidienne, il nous prouve également que la transition vers une société écologique a déjà commencé et que nous devons y participer activement.

merci pour vos enfants

« Merci pour vos enfants. Réussir la transition écologique ». Avril 2007, 112 p., Editions Luc Pire.

Disponible au prix de 9 euros par versement au compte 523-0802134-19 d’Etopia, en indiquant en communication : "Commande livre Jean-Michel Javaux" + nom, prénom et adresse postale complète.

 

16:23 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/04/2007

Bio garanti sans OGM : 1er cap important franchi !

Ecolo se réjouit que le Parlement européen ait adopté à une écrasante majorité le principe d’un seuil maximal de contamination accidentelle par OGM de 0,1% dans l’agriculture biologique !

Bien qu’il ne soit pas contraignant, le signal adressé aujourd’hui par les eurodéputés à l’ensemble des Gouvernements européens doit être pris en considération par le Conseil européen des Ministres de l’Agriculture. Ecolo leur demande dès lors de tenir compte de cette position limpide au moment de revoir le règlement relatif à l'agriculture biologique et à l'étiquetage de produits biologiques.

En outre, Ecolo poursuivra son combat historique pour que chaque citoyen de l’Union européenne bénéficie d’un même niveau d’exigence en matière de contamination accidentelle par OGM (0,1%) et ce, quel que soit le type d’agriculture dont les produits qu’il achète sont issus.

Ecolo se réjouit également de l’adoption de sa demande d'assurer au Parlement d'être partie prenante et votante dans la définition des "règles d'application" qui spécifieront les substances et pratiques autorisées en agriculture biologique. Il est en effet vital que le Parlement européen ait un droit de regard sur ces règles pour assurer que les standards élevés de l'agriculture biologique en termes de santé et de production durable puissent être maintenus.

Enfin, Ecolo regrette le rejet de son amendement visant à doter les Etats membres d'un cadre législatif imposant aux opérateurs de prendre toutes les mesures nécessaires pour écarter tout risque de contamination accidentelle par des OGM. Fondé sur le principe du « pollueur-payeur » et le principe de précaution, cet amendement aurait permis d’obliger les fournisseurs et utilisateurs d'OGM à assumer entièrement les frais entraînés par la recherche d’OGM dans les produits biologiques et la moins-value imputable à la contamination par des OGM.

Le Groupe des Verts européens ne manquera pas de commenter ces avancées et les combats qui restent à mener lors de la 3ème conférence européenne des régions libres d’OGM, qu’il co-organisera à Bruxelles le jeudi 19 avril.

  

Jean-Michel Javaux & Isabelle Durant              Pierre Jonckheer

Secrétaires fédéraux                                             Député européen

15:54 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Hulot & Ecolo unis dans un même combat, chacun dans son propre rôle

> Publié le jeudi 22 mars 2007
> Par Isabelle Durant, Sénatrice et Secrétaire fédérale

Jean-Michel Javaux et Isabelle Durant se sont entretenus ce matin avec Nicolas Hulot dans le cadre du soutien qu’il apporte à la démarche initiée et portée par le monde associatif belge de présenter un « pacte écologique belge », sur le modèle de celui défendu par la fondation Hulot et ratifié par la plupart des candidats à l’élection présidentielle française. Comme cela avait été souhaité par Nicolas Hulot - dont le porte-parole a regretté l’instrumentalisation par le PS de la rencontre d’Elio DiRupo avec Hulot à Paris il y a quelques semaines -, cette rencontre n’a pas été médiatisée.

Voir en ligne : www.pacte-ecologique.be

Elle a été l’occasion d’aborder des questions aussi diverses que :

- l’évaluation de la sincérité de l’engagement dans la durée des signataires d’initiatives comme le « Pacte écologique » ; sa ratification en France par la quasi totalité des candidats à la présidentielle était-elle sincère dans la durée ou portée par un engouement médiatique ? À ce sujet, Nicolas Hulot a regretté que la question climatique semble malheureusement passer au second plan de la campagne française dans le chef de l’un ou l’autre candidat pour qui « une fois le Pacte signé, c’est comme si les problèmes avaient été traités ». Mais il s’est également dit convaincu que quel que soit celui qui remporterait l’élection présidentielle française, il y aurait bien un avant et un après « Pacte écologique », grâce à la mobilisation de l’ensemble des forces vives, politiques et non politiques ;
- la responsabilité collégiale du monde politique, des citoyens et de la société dans son ensemble et la manière d’éviter les rejets de responsabilité pour permettre de résoudre au plus vite la question de l’enjeu climatique ;
- le rôle impératif que l’Europe doit jouer pour lutter contre la dégradation climatique et la place de la France et de la Belgique à ce niveau ;
- l’Union nationale pour le climat initiée par Ecolo en janvier dernier ;
- l’importance accrue à accorder à une politique de protection de la biodiversité.

Cette rencontre a également été l’occasion pour Ecolo de se réjouir de la très vive mobilisation associative autour de la question écologique et de manifester intérêt et attention à l’égard des diverses propositions qui lui seront soumises dès la mi-avril.

Pour Ecolo, le débat public qu’il contribuera à alimenter pendant la campagne électorale sera l’occasion de comparer le contenu de son Union nationale pour le climat avec les propositions associatives et enrichira sa plate-forme politique avec les idées et propositions issues notamment du monde associatif. Pour Ecolo comme pour Nicolas Hulot, c’est plus que jamais le débat démocratique qui permettra l’adoption de mesures fortes, ambitieuses et transversales pour répondre aux enjeux climatiques.

Photo : photo prise par Ecolo avec l’autorisation pour tous usages de Nicolas Hulot

15:34 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/03/2007

Soutenez le pacte écologique belge !

Vous êtes, vous aussi, convaincu(e) qu’il est temps que le monde politique inscrive l’urgence écologique au coeur de l’agenda politique ?

Vous estimez, comme les premières personnalités qui ont signé la Lettre ouverte aux futur(e)s élu(e)s, qu’un appel citoyen doit être fait vers ceux et celles qui, aujourd’hui et demain, président à la destinée de notre société ? Faites entendre votre voix, et soutenez vous aussi la Lettre ouverte !

"Fermez les yeux, Madame, Monsieur qui allez nous représenter au sein du parlement ou du gouvernement. Fermez les yeux quelques instants. Le temps de penser à cette planète dont vous allez prendre en charge une petite part de territoire, le temps de penser à son état d’aujourd’hui, à ce qu’elle pourrait être demain. Quelles sont les images qui défilent derrière vos paupières ?"

C’est très simple : Pour les particuliers comme pour les organisations...  

 

Visitez notre site et signez en ligne !

 

http://www.pacte-ecologique.be

 

Sophie Bronchart
Responsable mobilisation - communication
Inter Environnement Wallonie
6 Bld du Nord - 5000 Namur
http://www.iewonline.be/

20:09 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/03/2007

ciné-débat du 14-03-2007

article NG cine-débat 14-03-2007

09:58 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/03/2007

Ciné-Débat 14 mars 2007 Fauroeulx

article blog

13:26 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/02/2007

Conférence sur la libération du marché de l'électricité le 19/03 Erquelinnes

invit elect

20:42 Écrit par B.L. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |